Soutien du Parlement africain de la société civile aux efforts de l'Algérie face aux défis du continent

Publié le : lundi, 19 novembre 2018 18:28   Lu : 7 fois
Soutien du Parlement africain de la société civile aux efforts de l'Algérie face aux défis du continent
Photo APS

ALGER - Le président du Parlement africain de la société civile, Jean Claude D.Kessé, a affirmé lundi à Alger que le parlement soutenait les efforts de l'Algérie pour relever le défi de la migration et tous les défis auxquels est confronté le continent africain, saluant son principe pour le règlement des conflits de façon pacifique.

Dans une allocution à l'ouverture de la 2e conférence internationale des organisations africaines membres du conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC) sous le thème "implication de l'Afrique pour faire face à la crise de la migration", organisée par le Parlement africain en collaboration avec l'association nationale des échanges entre jeunes (ANEJ) et le collectif "Initiative agenda 2063" au Centre international des conférences (CIC), M. Kessé a salué les efforts de l'Algérie pour le règlement de tous les problèmes du continent africain, notamment migratoire, auxquels elle propose des solution idoines outre son engagement en faveur des peuples africains.

Soulignant également la contribution de l'Algérie aux décisions relatives à la migration au niveau des Nations unies et dans des fora internationaux ainsi que son principe de règlement pacifique des crises, il a mis en exergue la forte volonté du gouvernement algérien à assurer la protection et le respect des droits de l'Homme et l'accueil des migrants.


Lire aussi: Immigration: l’Afrique doit trouver ses propres solutions à ses problèmes


"L'Algérie, aujourd'hui, n'est plus seulement une terre de transit", a-t-il assuré expliquant que par "son dynamisme économique, son développement social fulgurant, sa stabilité politique et sa culture de paix, est pleinement devenu un pays de destination et de sédentarisation".

Evoquant les défis importants que les Africains doivent relever à travers une forte mobilisation, il a formé le vœu de voir les rencontres périodiques, regroupant les acteurs et les parties intéressées par ces questions, aboutir à des solutions susceptibles de contribuer au développement du continent.

Le parlementaire africain a ajouté que les sociétés africaines ont pris conscience, depuis quelques années, de l'importance d'œuvrer sérieusement, aux côtés de l'Algérie et des pays de l'UA, à trouver des solutions, en engageant une action efficace à même de réaliser le développement et d'apporter de l'aide aux pays en difficulté financière.

S'adressant aux partenaires, amis et bailleurs de fond, le président du Parlement africain de la société civile a appelé la mobilisation de 50 millions d'Euros pour soutenir la société civile africaine dans la mise en oeuvre de ses actions de promotion du développement du continent durant la période 2019-2025).

 

Appel aux pays de transit à respecter la dignité du migrant africain

 

M. Kessé a appelé les pays de transit africains à assumer leur responsabilité à l'égard du migrant africain et à respecter sa dignité, soulignant l'importance d'un dialogue inclusif, courageux et responsable pour aider les Africains. Il a également plaidé pour un dialogue sérieux, courageux et responsable entre l'UA, les pays de transit, les pays d'origine et la société civile, et l'ancrage du principe de coopération nord-sud.


Lire aussi: Nécessité de s'appuyer sur le développement socioéconomique pour faire face à la crise migratoire


"Depuis 10 ans, nous interpellons en vain les dirigeants sur l'impérieuse nécessité de la création des conditions de fixation des jeunes africains sur le continent", a déploré M. Kessé affirmant que ni la fermeture des frontières, ni le durcissement des conditions d'octroi de visas ne sont des solutions définitives.

Assurant que l'Afrique a de la ressource, il a préconisé l'exploitation des potentialités du continent pour réaliser le développement.

Les africains doivent "concrétiser la coopération Sud-Sud pour la prospérité de l'Afrique", ce qui implique "une maturité pour que la jeunesse africaine trouve la confiance de parvenir à des solutions", a-t-il ajouté, saluant la conférence d'Alger qui devrait déboucher sur "des recommandations importantes en termes de sécurité, de stabilité et de paix en Afrique".

De son côté, le président de l'initiative "Agenda 2063" a indiqué dans son allocution que le continent africain fait face à de nombreux défis, dont la crise migratoire et autres problèmes socio-économiques "nécessitant la mobilisation et la coopération entre les uns et les autres en vue de réaliser les attentes de sa jeunesse qui aspire à un avenir meilleur".

"Une mobilisation des intellectuels, acteurs et toutes les ressources humaines et une relance de l'agenda 2063 sont indispensables au continent pour atteindre une vision efficace du développement et de prospérité africains", a-t-il soutenu, appelant la société civile à l'institution d'un cadre de rapprochement entre les peuples en vue de trouver des opportunités différentes à cette jeunesse et partant, rattraper le retard et instaurer un climat sain pour le continent africain.


Lire aussi: Crise migratoire: l'ONU et l'UA insistent sur la coordination des efforts pour faire face au phénomène


L'Algérie abrite du 19 au 21 novembre la 2ème Conférence internationale des ONG africaines, membres de ECOSOC, organisée sous le thème "implication de l'Afrique pour faire face à la crise de migration".

Cette conférence se fixe comme objectifs notamment "la mise en commun des actions et ressources des acteurs étatiques, économiques et de la société civile du continent, la définition d’une stratégie commune face à la crise migratoire ainsi que la création d’une plate-forme visant un dialogue permanent et structuré au sein de la société civile".

Au menu de cette rencontre, des conférences, des débats et autres ateliers inhérents notamment aux thématiques de la migration, la lutte contre la pauvreté et l’autonomisation des femmes en Afrique.

Les dossiers de l'immigration, de la paix et du développement figurent en tête de liste des priorités de l'Assemblée générale des Nations unis en 2018, et ce au vu de leur importance pour le monde et l'humanité entière.

Afin de faire face au phénomène de l'immigration, devenue "une crise" pour un nombre de pays, l'ONU s'attèle à la signature "d'un accord mondial" qui permettra de parvenir à un compromis et devra protéger les intérêts des pays d'accueil et des migrants à la fois et dont les négociations officielles devront débutées le 20 février prochain, dans l'espoir d'arriver à son adoption durant le mois de juillet prochain.

Soutien du Parlement africain de la société civile aux efforts de l'Algérie face aux défis du continent
  Publié le : lundi, 19 novembre 2018 18:28     Catégorie : Algérie     Lu : 7 foi (s)   Partagez