Les syndicats autonomes ne sont pas "marginalisés" en Algérie

Publié le : mercredi, 25 juillet 2018 13:52   Lu : 246 fois
Les syndicats autonomes ne sont pas "marginalisés" en Algérie
Photo APS Archives

ALGER - Le secrétaire général de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi Saïd, a estimé mercredi que les syndicats autonomes en Algérie ne sont pas "marginalisés", ni "exclus" contrairement à ce que soutient le Bureau international du travail (BIT) dans ses rapports.

"Le BIT sait que les syndicats autonomes sont présents dans des secteurs névralgiques comme l'Education, la Santé et qu'ils dialoguent et négocient avec leurs responsables. Où est la marginalisation ou l'exclusion ?", s'est interrogé Sidi Saïd dans une interview accordée au journal "le Quotidien d'Oran".

Relevant que l'action syndicale "ne doit pas reposer sur un concept de violence", il a souligné que "plus l'action syndicale est marquée par le consensus, par le dialogue, plus elle apporte ses fruits", ajoutant que le salarié "a besoin qu'on lui règle ses problèmes, pas qu'on lui ajoute des difficultés".


Lire aussi: Visite de la mission du BIT en Algérie : "célérité et sérieux" dans la préparation


Pour Sidi Saïd, "il y a aujourd'hui des velléités de déstabiliser l'Algérie" que l'UGTA "condamne avec ferveur et avec force toutes ces agressions contre le peuple et le pays", estimant que l'une des raisons qui fait réagir le FMI à l'égard de l'Algérie, c'est "la diminution des importations décidée par le gouvernement, qui pour lui, pénalise les sociétés occidentales".

Interrogé sur la récurrence des rapports critiques quand il s'agit de l'Algérie, il a indiqué qu'avec "toutes ces attaques frontales extérieures que dirigent des officines étrangères contre l'Algérie, on ne peut que constater que les hostilités sont féroces. Aujourd'hui, c'en est trop", qualifiant de "bizarre" l'attitude du FMI, qui quand il "est chez nous, il est ébahi par ce qui se fait et affirme que ce sont des exemples concrets rassurants. Mais il ne fait, jamais, allusion à tout cela dans ses rapports".

Concernant la cherté de la vie dont souffre de nombreux algériens, Sidi Said a plaidé pour des "instruments de contrôle rigoureux et même répressifs des prix", estimant que c'est "une urgence pour contrôler le marché et mettre un terme à la liberté des prix qui casse le pouvoir d'achat des citoyens".


Lire aussi: Le FMI relève fortement ses prévisions de croissance pour l’Algérie


S'agissant de la question de la suppression des subventions publiques, il a noté que le gouvernement "n'a jamais parlé de leur suppression", expliquant que la problématique "nécessite un débat national" afin de trouver, a-t-il dit, "des passerelles pour que cette dimension sociale (de l'Etat) ne souffre pas".

Sidi Saïd soutient, dans ce sens, que quand le FMI recommande aujourd'hui à l'Algérie de supprimer les subventions publiques, augmenter le prix du pain, le lait, ne plus attribuer de logement social, "cela veut dire qu'il y a un schéma d'officines auquel il obéit pour déstabiliser le pays", alors que, tient-il à le rappeler, "la dimension sociale de l'Etat est un des fondamentaux de la déclaration du 1er Novembre 1954".

Les syndicats autonomes ne sont pas "marginalisés" en Algérie
  Publié le : mercredi, 25 juillet 2018 13:52     Catégorie : Algérie     Lu : 246 foi (s)   Partagez