Migrants: les critiques contre l’Algérie,"un non évènement"

Publié le : jeudi, 07 juin 2018 10:18   Lu : 24 fois
Migrants: les critiques contre l’Algérie,"un non évènement"

ORAN - La présidente du Croissant Rouge Algérien (CRA), Saïda Benhabiles, a considéré mercredi à Oran les critiques faites contre l’Algérie en ce qui concerne la question des migrants comme "un non-événement", soulignant que ces critiques provenaient toujours des mêmes ONG étrangères, avec la complicité de certaines parties algériennes.

"Nous sommes habitués aux critiques faites contre l’Algérie en ce qui concerne la question des migrants, des critiques qui proviennent toujours des mêmes ONG étrangères, avec la complicité de certaines parties algériennes. nous considérons ces critiques comme un non-événement",  a-t-elle indiqué lors d’une action de solidarité visant des subsahariens.

"La question que je pose, aujourd’hui, est qui est derrière tous ces drames et tragédies que subissent nos frères africains? Qu’est ce qui a fait que ces jeunes africains risquent leurs vies pour venir en Algérie ou traverser la mer pour rejoindre l’Europe? Ce n’est pas l’Algérie qui est responsable de tous ces drames, mais ceux mêmes qui nous critiquent qui sont derrière ces tragédies", a soutenu la présidente du CRA.

Mme Benhabiles a partagé la rupture du jeûne avec les 19 migrants subsahariens naufragés qui ont été sauvés, le 30 avril dernier, in extremis, au large des côtes oranaises, près de Cap Falcon, par les gardes côtes algériens, alors que 19 autres sont morts de faim et de soif durant leur traversée à partir du Maroc et dont trois sont morts noyés et dont les corps ont été rejetés par la mer quelques jours plus tard sur les côtes oranaises.


Lire aussi: L'Algérie a sauvé 14.000 migrants africains exploités dans la mendicité


La présidente du CRA a indiqué que "ces ONG ont pesé de tous leurs poids pour que l’OTAN intervienne en Libye. Et c’est cette intervention qui a mis en danger la paix et la stabilité dans la région et a fait que des jeunes, abandonnant leurs familles, partent à l’aventure au risque de leurs vies pour rejoindre d’autres cieux".

"Ces ONG, à travers leurs critiques contre l’Algérie, ont montré leur partie pris pour d’autres centres d’intérêt, et ce contre toute logique, car la logique veut que les doigts accusateurs soient dirigés vers ceux qui ont provoqué tous ces drames que les Africains subissent à leurs corps défendants et non pas contre l’Algérie qui, dans ce cadre, est en position de force», a-t-elle insisté.

"L’humanité n’a jamais vécu de drames aussi épouvantables depuis la seconde guerre mondiale", a-t-elle estimé, ajoutant que "la responsabilité totale incombe aux pays et aux responsables en Europe ou ailleurs qui ont pesé de tous leurs poids en faveur de l’intervention de l’OTAN en Libye, mettent en danger paix et stabilité ».

"Si l’Algérie a été critiquée c’est en raison de ses positions stables. 

Elle refuse l’ingérence dans les affaires des autres pays. Elle est solidaire avec les peuples colonisés comme la Palestine et le Sahara Occidental et appuie l’autodétermination des peuples opprimés. L’Algérie est pour la paix, le dialogue et la réconciliation", a-t-elle signalé.

"Il faut que l’opinion publique se réveille et comprenne qu’il est temps que ceux qui ont causé ces drames à nos frères africains payent le prix en apportant des aides au développement à ces pays africains, afin de permettre à ces jeunes de bénéficier d’emploi, de paix et de stabilité », a lancé Mme Benhabiles, ajoutant que "nous demandons à ces ONG qu’ils cessent leurs ingérences dans les affaires des pays africains et de régler les problèmes par le dialogue, et ce afin de garantir la paix et la sécurité dans la région".

Auparavant, Mme Benhabiles a indiqué que "cette visite entre dans le cadre des activités de solidarité du CRA visant nos frères africains présents en Algérie, notamment le groupe de subsahariens qui ont été victimes d’un naufrage au large des côtes oranaises et qui ont été secourus par les gardes côtes algériens", ajoutant qu’"aujourd’hui, ces jeunes sont en sécurité à Oran et bénéficient d’une prise en charge totale dans tous les domaines".

Mme Benhabiles a, d’autre part, souligné que "le message que je voudrai lancer, aujourd’hui à partir d’Oran, est que le peuple algérien fait siennes toutes les valeurs de solidarité et d’humanité et pense aux autres, notamment à nos frères africains", indiquant que sa présence à leurs côtés, aujourd’hui, "signifie que la politique de l’Algérie dans le domaine humanitaire prend ses racines dans ses valeurs ancestrales et ses traditions".

"Nous partageons les joies et les peines de nos frères africains et nous voulons leur adresser un message d’espoir, d’amour et de solidarité, car nous faisons partie intégrante du continent africain. Nous sommes africains et il n’y a aucune différence entre nous et les autres peuples africains",  a-t-elle affirmé.

Les 19 subsahariens, actuellement hébergés aux "diars rahma" de Misserghine, à l’Ouest d’Oran, n’ont pas tari d’éloges sur les conditions de prises en charge dont ils bénéficient dans ce centre, dans tous les domaines et tous espèrent revenir, bientôt, dans leurs pays.

Notons que ce groupe compte 10 ressortissants maliens, 06 Sénégalais, 02 ressortissant du Libéria et un Guinéen.

Migrants: les critiques contre l’Algérie,"un non évènement"
  Publié le : jeudi, 07 juin 2018 10:18     Catégorie : Algérie     Lu : 24 foi (s)   Partagez