Conforter le Front interne pour préserver le pays des dangers externes qui le guettent

Publié le : samedi, 19 mai 2018 18:39   Lu : 252 fois

ALGER- La Secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune a mis l'accent, samedi à Alger, sur l'impératif de conforter le Front interne en tant que principal garant de sa préservation des dangers externes qui le guettent.

Conforter et renforcer le Front interne est "une condition plus qu'essentielle face aux menaces et dangers qui guettent l'Algérie de l'extérieur", a déclaré Mme Hanoune en abordant les développements majeurs sur la scène nationale au plan politique et économique à l'ouverture des travaux de la session ordinaire du bureau politique du PT         

La détermination de l'Algérie face aux tentatives d'implication de son armée dans des conflits en dehors du territoire nationale, particulièrement au "Mali et en Libye" et de "l'amener à jouer le rôle du gendarme dans la région avec un financement sur le Trésor public est un choix stratégique qui a des conséquences aux plans interne et externe, a-t-elle expliqué.

La décision de l'Algérie de réduire les licences d'importation et qui a suscité "un mécontentement européen", en raison de la perte de parts de marché pour les sociétés européennes, est à inscrire dans le même sens, a-t-elle ajouté.

Au plan économique, Mme Hanoune a estimé que "la flambée" des prix sur le marché national avant même l'entame du mois de ramadhan est contradictoire avec les déclarations du ministre du Commerce, évoquant "un amalgame entre l'économie de marché soumise à des règles bien définies et l'économie anarchique qui résulte du fait que l'Etat se dérobe à ses responsabilités".

Cette situation confirme, a-t-elle ajouté, la pertinence de sa proposition de rouvrir les grands espaces publics qui proposent à des prix raisonnables des marchandises soumises au contrôle.

 S'agissant du contrôle toujours, la première responsable du PT s'est interrogée sur l'utilité de l'élargissement des prérogatives de la Cour des comptes, si elle n'est pas dotée d'un nombre suffisant de magistrats.

"Comment 600 magistrats pourraient-ils contrôler 22.000 organismes et institutions publiques?", a-t-elle lancé.

Par ailleurs, Mme Hanoune a évoqué le projet de Loi de finance complémentaire (LFC) 2018 qui, a-t-elle déclaré, a été soumis à une deuxième lecture sur instruction du président de la République qui a ordonné le retrait d'une mesure relative à la vente des terres agricoles".

Le projet de LFC "ne prévoit pas le traitement des dysfonctionnements majeurs du budget de fonctionnement et ne lève pas le gel sur le recrutement et la formation", a estimé Mme Hanoune ajoutant qu'il "se limite au plafonnement des dépenses dans le cadre de la politique d'austérité qui durera trois autres années même si le cours du baril de pétrole augmente plus".

 Sur le plan international et concernant l'escalade sécuritaire dans la bande de Ghaza suite à l'application de la décision du président américain de transférer l'ambassade de son pays à Al Qods, Mme Hanoune a appelé l'Etat algérien à "geler sa participation aux réunions de la Ligue arabe", d'autant, a-t-elle affirmé, que ses dernières décisions sont contraires aux "convictions et positions de l'Algérie".

Conforter le Front interne pour préserver le pays des dangers externes qui le guettent
  Publié le : samedi, 19 mai 2018 18:39     Catégorie : Algérie     Lu : 252 foi (s)   Partagez