Phénomène migratoire: d'importantes décisions prises fin mars dernier pour sécuriser les frontières

Publié le : lundi, 23 avril 2018 15:09   Lu : 24 fois
Phénomène migratoire: d'importantes décisions prises fin mars dernier pour sécuriser les frontières

ALGER - D'importantes décisions pour sécuriser les frontières ont été prises lors d'un conseil interministériel tenu fin mars dernier pour faire face notamment au flux constant des migrants africains vers l'Algérie, a indiqué lundi le directeur d'études chargé de la migration au ministère de l'Intérieur, Hacène Kacimi.

Intervenant sur les ondes de la chaine III de la radio nationale, M. Kacimi a affirmé que "le flux constant d'environ 500 migrants/jour au minimum vers l’Algérie préoccupe au plus haut niveau les autorités du pays", ajoutant que ce phénomène "cache en réalité des visées d'ingérence et de militarisation des espaces".

"De la situation qui s'est créée, il y a des enjeux géostratégiques très importants, à l’origine de la convocation, le 29 mars dernier, d'un conseil interministériel donnant lieu à d'importantes mesures aux fins de sécuriser les frontières", a-t-il dit.


Lire aussi: Bedoui: 500 tentatives d'entrée illégale sur le territoire national enregistrées aux frontières sud du pays


Le représentant du ministère de l'Intérieur a assuré que les wilayas du sud du pays "ne seront pas la Lampedusa (allusion à l'ile italienne) de l'Afrique", ajoutant, à cet égard, que l'Algérie avait pris "toutes les dispositions pour que les localités frontalières du sud pays ne se transforment pas en camp à grande échelle de migrants".

Il a tenu également à rassurer les populations locales frontalières "que les personnes et les biens seront protégés, quelle que soit la situation dans le cadre du respect des conventions internationales et des droits humains des migrants".

M. Kacimi a fait remarquer que parmi les populations migrantes illégales subsahariennes qui se trouvent en Algérie depuis quelque années "nous assistons à une montée en flèche des délits et des crimes qui sont commis à travers le territoire national".

"Sur les cinq dernières années, nous avons enregistré la condamnation de 56.000 migrants subsahariens pour crimes et délits, parmi eux on y trouve 30.000 Maliens et 20.000 Nigériens", a-t-il précisé, ajoutant que l'Algérie "ne veut pas stigmatiser les migrants et prendra toutes les mesures pour les protéger".


Lire aussi: Migration et asile: Bensalah pour une "approche globale"


Pour faire face aux arrivées "constantes" et "massives" de migrants, le même responsable a indiqué que le gouvernement a été amené à prendre des mesures "pour tenter de la réduire à un niveau le plus supportable", précisant que l'Algérie a été contrainte de mobiliser quelque 20 millions de dollars pour faire face à ce phénomène, derrière lequel se trouvent des réseaux mafieux et même des groupes terroristes.

Par ailleurs et pour une meilleure gestion du flux "massif" des migrants, M. Kacimi a fait savoir que des "contacts constants" sont maintenus en permanence avec notamment les autorités nigériennes et maliennes pour assurer une bonne prise en charge de ce dossier, "qui se caractérise par un volet humanitaire qui ne doit pas être négligé".

Le même responsable a saisi, cette occasion, pour réitérer son appel en direction de la communauté internationale "pour qu'elle puisse se solidariser et faire face à ce phénomène unique".

Phénomène migratoire: d'importantes décisions prises fin mars dernier pour sécuriser les frontières
  Publié le : lundi, 23 avril 2018 15:09     Catégorie : Algérie     Lu : 24 foi (s)   Partagez