Macron et Bouteflika entretiennent un "dialogue permanent" sur la situation au Sahel et au Mali (Elysée)

Publié le : mercredi, 21 février 2018 17:32   Lu : 540 fois
Macron et Bouteflika entretiennent un "dialogue permanent" sur la situation au Sahel et au Mali (Elysée)

PARIS- Les chefs d'Etat français et algérien, Emmanuel Macron et Abdelaziz Bouteflika, entretiennent un "dialogue permanent" sur la situation au Sahel et au Mali, a-t-on appris mercredi auprès de la présidence française.

"Le président a maintenu avec les autorités algériennes un dialogue permanent sur la question du G5 Sahel et sur la situation au Mali", a-t-on précisé lors d'un briefing à la vielle de la tenue vendredi à Bruxelles d'une conférence de haut niveau sur le Sahel, destinée à renforcer le soutien international, notamment financier à la force conjointe G5 Sahel.

Pour le responsable de l'Elysée qui a animé le briefing, le dialogue entre les deux pays s'articule autour des volets politique et opérationnel.

"A chaque développement politique et opérationnel (dans la région), il y a eu des contacts avec les autorités algériennes et souvent des contacts au plus haut niveau", a-t-il indiqué, soulignant que l'entretien téléphonique de lundi entre le président Emmanuel Macron et le président Abdelaziz Bouteflika s'inscrit dans la "continuité" de ce dialogue.

"L'appel téléphonique s'inscrit dans la continuité du dialogue permanent que le président Emmanuel Macron entretient avec son homologue algérien, le président Abdelaziz Bouteflika, sur la situation au Mali et Sahel", a-t-il dit.


Lire aussi: Macron salue l'engagement décisif du Président Bouteflika pour le développement du partenariat d'exception entre l'Algérie et la France


Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a eu lundi un entretien téléphonique avec son homologue français, Emmanuel Macron, avait indiqué un communiqué de la Présidence qui avait précisé que cet échange "a permis aux deux chefs d'Etat de partager leurs analyses sur la situation au Mali et en Libye".

Les deux chefs d'Etat "ont aussi examiné les voies et moyens de renforcer encore davantage la dynamique de la coopération algéro-française enclenchée par le sommet qui a regroupé les Présidents algérien et français à Alger, en décembre dernier", avait-on ajouté.

En ce qui concerne la conférence de haut niveau sur le G5 Sahel, dont le budget identifié est de l'ordre de 423 millions d'euros, selon l'Elysée, elle vise trois objectifs: le soutien à la force militaire conjointe avec le passage de la barre de 300 millions d'euros (actuellement 250 millions), le maintien au soutien du processus de paix au Mali, engagé sur la base de l'Accord d'Alger, et la continuité des efforts de développement de la région avec l'identification de 400 projets sur cinq ans (2018-2022) qui auront besoin d'une enveloppe estimée à 6 milliards d'euros.

Dans cette perspective, la France contribuera, a-t-on indiqué, à hauteur de 40 % avec 1,2 milliard d'euros sur les cinq ans à venir, précisant que des contributions financières d'un nombre de pays seront annoncées lors de la réunion de Bruxelles à laquelle prendront part 18 Etats et une dizaine de partenaires.

"C'est la première fois qu'il y a un tel niveau de participation", a-t-on souligné, relevant qu'il existe "une prise de conscience collective sur l'importance géopolitique de la région du Sahel".

Concernant la contribution française, l'on a insisté que la France privilégie les aides bilatérales que multilatérales dans l'architecture politique et militaire du G5 Sahel.

Pour les 400 projets identifiés dans le cadre du développement de la région, on indique qu'il y a eu un "ciblage géographique", notamment en ce qui concerne les zones les "plus vulnérables" là où il y a un risque d'implantation des groupes terroristes.

Au sujet de la crise malienne, la France pense que G5 Sahel est une "enceinte politique" qui permet aux dirigeants de soutenir le processus de paix au Mali

La Commission européenne accueillera vendredi une conférence de haut niveau sur le G5 Sahel destinée à renforcer le soutien international, notamment financier à la force conjointe G5 Sahel, rappelle-t-on.

La conférence, co-présidée par l'Union européenne (UE), les Nations unies, l'Union africaine (UA) et le G5 Sahel, mettra l'accent sur le renforcement du soutien international dont ont besoin les pays africains du Sahel dans les domaines de la sécurité et du développement, notamment par l'intermédiaire de la force conjointe du G5 Sahel, a-t-on annoncé à l'exécutif européen.

Macron et Bouteflika entretiennent un "dialogue permanent" sur la situation au Sahel et au Mali (Elysée)
  Publié le : mercredi, 21 février 2018 17:32     Catégorie : Algérie     Lu : 540 foi (s)   Partagez