La préservation de la sécurité et de la stabilité du pays, un devoir sacré pour tout un chacun (Ghoul)

Publié le : samedi, 13 janvier 2018 19:23   Lu : 202 fois

AIN DEFLA - Le président de Tadjamou Amel El Djazaïr (TAJ), Amar Ghoul, a mis l'accent samedi à Miliana (Aïn Defla) sur l'importance de la préservation de la sécurité et de la stabilité du pays, affirmant que cette mission doit constituer un "devoir sacré pour tout un chacun".

"Au regard de la conjoncture régionale, voire mondiale, la préservation de la sécurité et de la stabilité du pays est vitale, une mission qui doit constituer un devoir sacré pour tout un chacun" , a indiqué M. Ghoul, qui animait, au théâtre Mahfoud Touahri de la ville, une rencontre organisationnelle regroupant les élus de son parti des wilayas de Aïn Defla et Chlef.

M.Ghoul a, dans ce contexte, affirmé que la préservation de la sécurité et de la stabilité du pays "ne doit pas concerner uniquement la mission des services de sécurité, mais doit constituer la préoccupation de la société dans son ensemble".

Pour le président de TAJ, ce qui se passe en Iran, et, plus près encore en Tunisie, ne doit pas laisser indifférent en ce sens qu'il doit inciter à la vigilance car, a-t-il expliqué, ceux qui veulent nuire au pays sont légion et n'attendent que le moment propice pour entrer en action.

Il a affirmé que celui qui pense que l'Algérie n'est pas ciblée par les tentatives de déstabilisation est assurément une personne crédule qui n'est pas au fait de la situation sur le terrain, estimant que seule l'instauration d'un dialogue franc et responsable est à même de déjouer les desseins inavoués de ceux qui veulent nuire au pays.

"Certes tout n'est pas au beau fixe et bien des insuffisances persistent, mais recourir à la violence pour se faire entendre en bannissant tout dialogue constructif peut mener à une situation aux retombées imprévisibles", a-t-il mis en garde.

Le rôle du dialogue comme moyen susceptible de dénouer la grève des médecins a également été évoqué par M.Ghoul, qui appelle à la prise en charge des doléances légitimes en fonction des moyens disponibles.

Parlant de la situation économique du pays, il a estimé inconcevable que le pays continue à ne compter que sur les hydrocarbures, appelant à la mise en place d'un Fonds national destiné à l'investissement qui recueillera tout fonds supérieur à 50 dollars représentant le prix de vente d'un baril de pétrole.

"Si aujourd'hui le prix du baril a atteint 70 dollars, au parti TAJ nous plaidons pour la mise en place d'un fonds recueillant tout excédent supérieur à 50 dollars (20 dollars dans la conjoncture actuelle) qui servira à financer des projets se rapportant à l'agriculture, l'industrie, les services, les énergies renouvelables et le tourisme", a-t-il détaillé.

Evoquant les prochaines échéances de son parti, il a indiqué que ce dernier s'attelait à préparer deux importants rendez-vous qui auront lieu cette année, en l'occurrence la rencontre nationale des élus de TAJ à l'échelle nationale ainsi que le congrès national du parti, affirmant que cette dernière rencontre consacrera la part de lion de ces travaux aux prochaines élections présidentielles.

Evoquant enfin Tamazight, il a salué la décision du président de la République d'officialiser la fête de Yennayer, mettant l'accent sur la nécessité de "fructifier ce patrimoine national et ne pas le laisser entre les mains de personnes qui pourraient en faire un fonds de commerce".

 

 

 

La préservation de la sécurité et de la stabilité du pays, un devoir sacré pour tout un chacun (Ghoul)
  Publié le : samedi, 13 janvier 2018 19:23     Catégorie : Algérie     Lu : 202 foi (s)   Partagez