La presse nationale a joué un rôle "crucial" dans l'internationalisation de la cause algérienne

Publié le : dimanche, 10 décembre 2017 19:11   Lu : 176 fois
La presse nationale a joué un rôle "crucial" dans l'internationalisation de la cause algérienne

ALGER- La presse nationale a joué "un rôle crucial" dans le renforcement de l'action militaire, la sensibilisation du peuple et l'internationalisation de sa cause à travers les différentes étapes de la résistance et la lutte de libération de l'Algérie, a déclaré dimanche à Alger le ministre de la Communication, Djamel Kaouane.

"La presse nationale a joué, à travers les différentes étapes de la résistance et de la lutte de libération, un rôle crucial dans le renforcement de l'action militaire, dans la sensibilisation du peuple et l'internationalisation de sa cause", a affirmé M. Kaouane lors du forum du quotidien Echaab à l'occasion de son 55e anniversaire. 

La presse contemporaine en Algérie puise ses racines et ses fondements d'un capital ancestral et honorable, oeuvre des plumes libres qui se sont distinguées durant le mouvement national au service de la revendication de l'indépendance et qui ont éclairé et sensibilisé l'opinion sur le déclenchement de la révolution armée.

"La presse de la révolution a accompagné dès les premières heures le mouvement national et a été, grâce aux positions de ses hommes, un rempart solide pour la défense des droits de son peuple à la liberté et à l'émancipation", a-t-il souligné.

C'est ainsi que ces nobles ont subi toutes formes de répression coloniale, de la persécution, l'incarcération à l'expulsion outre les saisies et la fermeture des sièges sans jamais dévier, a soutenu le ministre, ajoutant que l'apport de cette génération "modèle" de journalistes a constitué un socle solide pour les valeureux qui ont poursuivi le combat par la plume et la voix libre durant la glorieuse guerre de libération.

Leurs contributions ont été de précieuses réalisations qui ont, elles aussi, joué une rôle majeur dans le soutien de la révolution et la mobilisation du peuple, à commencer par la création le 22 octobre 1955 du journal "El Mouqawama Al-djazairia". C'est en hommage au rôle de cette publication que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika a décrété la date du 22 octobre Journée nationale de la presse à l'occasion de laquelle est décerné le prix du président de la République au journaliste professionnel en guise de considération et de reconnaissance aux efforts de l'ensemble de la corporation. 


Lire aussi: La dignité de la presse "ne se conçoit pas sans la dignité du journaliste"


C'est la voie du journal "El Mouqawama Al-djazairia" qu'ont emprunté le quotidien El Moudjahid, la Radio secrète et l'Agence presse service (APS)  pour contrer la propagande coloniale et faire entendre la voix de la révolution à travers le monde, a indiqué M. Kaouane.

Il a ajouté que ces journalistes, mus par leur conviction et leur bravoure ont contribué -en dépit du manque de moyens et des conditions difficiles- à relever le défi en étant des soldats aux côtés des rangs des Moudjahidine à travers l'image et la parole constructives dont l'empreinte indélébile est signée par Aissa Messaoudi, Djamel-Eddine Chanderli et bien d'autres.

Ces plumes étaient les références du journal "Echaab" qui se devait d'accompagner les premiers pas d'un pays blessé, tout juste sorti d'une  longue période coloniale amère et destructrice, mais mu d'une forte volonté de se relever et de construire la nation, a-t-il souligné.

Profondément convaincu de la justesse de leur cause, les journalistes de la révolution ont réussi, en dépit des conditions difficiles et avec des moyens dérisoires, à lutter contre les tentatives coloniales de désinformation médiatique et à faire retentir la révolution et la résistance du peuple algérien à travers le monde entier, a-t-il indiqué.

 La presse de la révolution fut une arme efficace et de qualité dans la lutte du peuple algérien contre l'une des plus grandes forces coloniales du 20e siècle, a rappelé M. Kaouane, soulignant que la liste des journalistes de la révolution s'est élargie et diversifiée pour inclure des journalistes du monde entier épris de liberté et d'émancipation et des amis de l'Algérie qui ont rallié notre cause juste par le son, l'image et surtout par la plume, mettant à nu les desseins odieux de la colonisation et plaidant avec sincérité et courage en faveur de notre lutte de libération.

 A l'appel du devoir national, le peuple, avec ses journalistes et toutes ses catégories ouvrières et professionnelles, a adhéré au projet d'édification qui consacre la souveraineté de la nation et jette les assises d'une démocratie qui restituera au citoyen sa dignité confisquée, a-t-il dit.

L'engagement des uns et des autres au service de cette profession a hissé cette dernière au summum des valeurs humaines avec tout ce qu'elle implique comme notions de lutte, de solidarité et d'abnégation. 


  Lire aussi: Commémoration du 11 décembre 1960: ressusciter l’histoire et préserver les acquis de la Révolution


Aussi, devons nous  aujourd'hui leur rendre un grand hommage pour leurs sacrifices qui ont impacté l'opinion à tous points de vue et constituèrent une référence honorable dans le parcours de la presse nationale qui continue d'accomplir sa mission avec  professionnalisme et un haut sens de responsabilité, a-t-il souligné.

L'anniversaire de la création du quotidien "Echaab" "coïncide avec un autre anniversaire ancré dans notre mémoire collective, celui de la commémoration des manifestations du 11 décembre 1960", lorsque les Algériens sont sortis unis revendiquer leur indépendance et furent sauvagement réprimés par les forces coloniales", a affirmé M. Kaouane.

Répondant aux questions des journalistes, le ministre a dit que la liberté d'expression et de la presse en Algérie sont constitutionnalisées et irrévocables, soulignant que le cahier de charges portant création des chaines télévisées privées "est toujours en cours d'examen".

Au sujet de la création de l'Autorité de régulation de la presse écrite, M. Kaouane a dit qu'elle est "en cours d'élaboration".

Concernant l'interdiction à certains journalistes de couvrir la visite effectuée mercredi par le président français, Emmanuel Macron en Algérie, le ministre a affirmé que "personne n'a interdit aux journalistes d'accomplir leur devoir professionnel, en témoigne la présence en force des journalistes lors de la conférence de presse animée par le président français lors de cette visite". 

Last modified on lundi, 11 décembre 2017 12:01
La presse nationale a joué un rôle "crucial" dans l'internationalisation de la cause algérienne
  Publié le : dimanche, 10 décembre 2017 19:11     Catégorie : Algérie     Lu : 176 foi (s)   Partagez