L'Algérie refuse le retour du discours extrémiste visant à semer le désespoir chez les jeunes

Publié le : mercredi, 29 novembre 2017 09:23   Lu : 361 fois
L'Algérie refuse le retour du discours extrémiste visant à semer le désespoir chez les jeunes
Photo APS Archives

BLIDA - Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aissa, a affirmé mardi à Blida que l'Algérie refuse le retour du discours extrémiste visant à semer la haine et le désespoir chez les jeunes.

Dans une déclaration à la presse en marge d'une cérémonie qu'il a présidée à l'occasion du Mawlid Ennabaoui, Mohamed Aissa a précisé que "l'Algérie rejette le sectarisme qui divise les Musulmans et soutient le discours  puisé de la tradition de notre Prophète (QSSSL) qui prêche la tolérance".


Lire aussi: Mohamed Aissa : L’Algérie a réussi à défaire le terrorisme et œuvre à prévenir l’extrémisme


Evoquant des tentatives extérieures visant à semer l'anarchie en Algérie à travers la propagation des idées extrémistes à l'origine de la scission dans plusieurs pays voisins qui vivent au rythme des explosions et des  tueries, M. Aissa a déclaré que "le peuple algérien s'oppose a ces tendance par amour pour sa patrie".

Mohamed Aissa a estimé que la meilleure façon de lutter contre ces mouvements extrémistes est de célébrer le Mawlid Ennabaoui qui constitue une occasion pour perpétuer les valeurs et les principes de notre Prophète  (QSSSL).

Il a de ce fait appelé les imams dans les mosquées à mettre à profit cette célébration pour inculquer la tradition du Prophète Mohamed (QSSSL).


Lire aussi: Immuniser la société pour faire barrage à la pensée sectaire


Concernant l'exploitation des réseaux sociaux par certaines parties pour déclarer "interdit dans la religion" la célébration du Mawlid Ennabaoui, M. Aissa a indiqué que les imams sont présents également sur les pages  Facebook pour répondre à ces "niaiseries", rappelant que c'est l'Association des Ulémas musulmans algériens qui a instauré la tradition de la célébration du Mawlid Ennabaoui.

Le premier responsable du secteur a par ailleurs réfuté les informations relayées par des médias selon lesquelles le parti libanais Hizbollah aurait financé le mouvement Hamas via des banques algériennes, exprimant le refus  de l'Algérie d'entrer dans un conflit sectaire.

S'agissant de la suppression de la Basmala des manuels scolaires, Mohamed Aissa a indiqué que le ministère de l'Education a pris des mesures de sanctions contre les parties à l'origine de ce problème, ce qui reflète, a-t-il ajouté, la "bonne intention du gouvernement de ne pas porter atteinte aux symboles religieux dans les manuels scolaires".


Lire aussi: Mawlid Ennabaoui: l'Algérie encourage sa célébrationen en veillant à son "encadrement"


Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs a présidé mardi une cérémonie à l'occasion de la célébration du Mawlid Ennabaoui , organisée au niveau du siège de la wilaya. Les lauréats du concours du Mawlid Ennabaoui  ont été honorés à cette occasion dont le plus jeune récitant du Saint Coran, Islam Benbara, âgé de 9 ans qui s'est vu offrir une Omra en compagnie de ses parents.

M. Mohamed Aissa a visité en outre "Dar El Ihasane", une maison d'accueil pour malades atteints du cancer et octroyé des aides financières pour la prise en charge des cancéreux issus des différentes wilayas.

L'Algérie refuse le retour du discours extrémiste visant à semer le désespoir chez les jeunes
  Publié le : mercredi, 29 novembre 2017 09:23     Catégorie : Algérie     Lu : 361 foi (s)   Partagez