Locales 2017: des partis pour l'orientation des efforts de développement vers les secteurs stratégiques

Publié le : lundi, 06 novembre 2017 16:50   Lu : 429 fois
Locales 2017: des partis pour l'orientation des efforts de développement vers les secteurs stratégiques
Photo APS

ALGER - Des partis politiques, en lice pour les élections locales du 23 novembre prochain, ont plaidé lundi au 9ème jour de la campagne, en faveur de l'orientation des efforts de développement vers les secteurs stratégiques créateurs de richesse notamment en cette conjoncture économique difficile que connaît le pays, alors que d'autres ont appelé au renforcement du rôle de la femme et de la jeunesse dans la vie politique nationale.

Dans ce contexte, le président du parti Tajamoue Amel El-Jazair (TAJ), Amar Ghoul a plaidé, depuis Médéa, en faveur d'une levée du gel sur les projets de portée stratégique, estimant que l'effort de développement consenti par les pouvoirs publics "doit être consolidé et orienté vers des secteurs clefs de l'économie nationale".

Il a, en outre, déclaré qu'un appui à l'essor socio-économique des régions de l'Algérie profonde "est le meilleur garant à la sécurité et la stabilité de la Nation", appelant, dans ce contexte, "à doter ces régions de projets et de dotations financières en mesure d’améliorer les conditions de vie des populations, mais également encourager l’investissement productif".


Lire aussi: La décentralisation et la réhabilitation du rôle de l'élu au centre de la campagne


Par ailleurs, M. Ghoul a exprimé son refus de voir les assemblées locales élues dépourvues de leurs prérogatives essentielles, annonçant qu'une proposition de réforme du rôle de ces assemblées a été déposée auprès du Parlement et que les détails de cette proposition seront communiqués après les résultats des locales du 23 novembre.

De son côté, le premier secrétaire national du Front des forces socialistes (FFS), Mohamed El-Hadj Djilani, a opté pour des rencontres de proximité avec les citoyens de quelques communes de la wilaya de Bouira, où il a appelé à une forte mobilisation pour réussir le rendez-vous électoral prochain.

"Nous avons opté pour ces sorties sur le terrain à Bouira pour rencontrer le citoyen et être près de lui et l'écouter ainsi que pour le sensibiliser sur l’importance de voter et de choisir le programme du FFS qui porte sur la solidarité locale et qui vise à concrétiser à long terme un consensus national", a-t-il déclaré à la presse en marge de sa visite de proximité dans la ville de Bouira.

Il a ajouté que ses sorties "visent à se rapprocher des citoyens et des militants du FFS afin de leur expliquer les attentes et aspirations du parti par rapport aux prochaines élections locales". Dans ce cadre, le même responsable a qualifié que le scrutin du 23 novembre "de l'une des étapes de notre combat pour la liberté et la démocratie ainsi que pour le développement du pays, et il n’est pas un objectif en soi".


Lire aussi: Campagne électorale: les meetings "se multiplient" et les "promesses" aussi


Au cours de ses sorties sur le terrain dans les villes de Lakhdaria, Aomar, Bouira, El-Asnam, Bechloul, el Adjiba et M’Chedallah, El-Hadj Djilani a incité les citoyens à choisir les programmes de son parti pour pourvoir donner un "nouveau souffle" au développement dans ces régions.

Pour sa part, le président du Front El-Moustakbal, Abdelaziz Belaid, a souligné, lors d'un meeting à Alger, la nécessité de renforcer le rôle de la femme dans la vie politique, l'appelant à participer "massivement" aux  prochaines élections locales.

"Le rôle de la femme dans la vie politique doit être renforcé notamment en cette conjoncture, en vue de lui permettre de montrer ses capacités en matière d'action politique et d'accéder à des postes de responsabilité", a-t-il dit, se disant convaincu que la femme algérienne "sera majoritaire sur la scène politique, du fait de sa forte présence dans la plupart des secteurs vitaux et de son niveau d'instruction de plus en plus élevé".

Il a saisi cette occasion pour appeler les femmes à participer "massivement" aux prochaines locales pour faire entendre leurs voix, exhortant les candidates de son parti "à faire campagne en restant fidèles au programme du parti".

Par ailleurs, M. Belaid a indiqué que sa formation politique avait tracé un programme électoral "riche" dont le volet économique s'articule autour de l'impératif de développer les secteurs de l'agriculture et du tourisme.

De son côté, le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati, a affirmé depuis El Ménéa (à 275 Km au sud de Ghardaïa), que l'avenir de l'Algérie était "tributaire de l’implication de tous", notamment les jeunes et la société civile pour "rester fidèle au serment du 1er novembre", soulignant que son parti œuvrait à inciter la société civile à contribuer d’une manière "plus efficace" à la gestion de la chose publique et à la mise en œuvre d'une "véritable justice sociale" et d'un "équilibre régional".


Lire aussi: Les candidats en lice poursuivent leur campagne en mettant en avant l'essentiel de leurs programmes


"La libération des énergies des jeunes peut être à l’origine de l’édification d’une nouvelle Algérie plus juste et plus équitable", a-t-il indiqué.

Le président du FNA a également appelé à une "moralisation de la vie politique" à même de consolider l'édifice démocratique, répondre aux aspirations de la société et garantir un  développement global.

"L’Algérie a besoin de tous ses fils pour relever les défis et surmonter la crise actuelle", a soutenu Touati avant d’ajouter que ceci impliquait une mobilisation "forte pour instaurer les principes d'une bonne gouvernance de la chose publique et réussir à améliorer le quotidien du citoyen".

Concernant la couverture médiatique de la campagne électorale, l'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) a indiqué n'avoir relevé aucune "irrégularité" ou "transgression" dans cette couverture assurée par les médias publics et privés.

"Jusqu'à maintenant, sur le plan de la diffusion de l'expression directe (dans les médias publics), aucun incident, aucune irrégularité ou transgression n'ont été enregistrés", a indiqué le président de l'ARAV, Zouaoui Benhamadi, dans un entretien à l'APS, ajoutant que concernant les tables rondes ou la couverture des meetings, réalisés par les médias privés, "rien d'anormal n'a été relevé".

Affirmant que l'ARAV n'avait reçu "aucune plainte", M. Benhamadi a assuré qu'un travail de suivi est assuré par son instance tous les matins, en visualisant l'ensemble des données diffusées la veille.

Locales 2017: des partis pour l'orientation des efforts de développement vers les secteurs stratégiques
  Publié le : lundi, 06 novembre 2017 16:50     Catégorie : Algérie     Lu : 429 foi (s)   Partagez