Campagne électorale: les partis investissent la toile, les placards publicitaires toujours vides

Publié le : mardi, 31 octobre 2017 08:37   Lu : 52 fois
Campagne électorale: les partis investissent la toile, les placards publicitaires toujours vides

ALGER - L’usage massif des réseaux sociaux par les partis politiques, en campagne électorale pour les élections locales du 23 novembre, a été largement commenté par la presse nationale paraissant mardi, notant une "absence remarquée" d’affiches des listes de candidats sur une grande partie des placards publicitaires.

Sous le titre "Opérations de séduction sur les réseaux sociaux", le journal Horizons estime que "l’usage massif des réseaux sociaux a conduit à une métamorphose des méthodes qui avaient cours lors des campagnes électorales classiques", ajoutant que les candidats en lice n’ont pas manqué, désormais, d’investir cet espace "bleu" pour être en contact direct avec les citoyens.

Le quotidien arabophone El Massa relève, pour sa part, que "les citoyens s’interrogent sur l’absence d’affiches des listes de candidats sur les placards publicitaires installés à cet effet malgré le démarrage de la campagne électorale dimanche dernier".

A part certains "grands" partis à l’image du parti du Front de libération national (FLN) et du Rassemblement national démocratique (RND), "qui ont placardé les listes de leurs candidats et entamés des meetings et un  travail de proximité", les autres formations politiques "se sont contentés de publier leurs listes de candidats sur la toile et tenter de convaincre les électeurs à choisir leurs programmes à travers cet outil", constate le même journal.

"Entre misogynie et manque d'imagination" titre, quant à lui, El Watan pour qui les tableaux réservés aux affiches électorales "ne sont majoritairement pas encore utilisés par les partis et candidats".

Cependant, relève-t-il, de nombreuses affiches circulent déjà sur la toile et certaines "ont enflammé les réseaux sociaux par leur manque d'imagination, leur improvisation et leur manque de professionnalisme".


Lire aussi: Lancement de la campagne électorale timide et sans enthousiasme du citoyen


Pour le journal arabophone Al-Fadjr, les slogans des partis politiques "enflamment" les réseaux sociaux, relevant que les candidats en lice ont investi la toile de leurs slogans dont certaines ont suscité de nombreux  commentaires parfois ironiques.

Le Carrefour d’Algérie estime aussi que cette campagne est "sous affichée", ajoutant qu’au 2ème jour lundi de la campagne électorale, les placards publics aménagés en vue d’y afficher les listes des candidats "sont dans la  plupart des cas toujours vides".

"Les affiches tardent à venir. Voilà, une des tares flagrantes de cette campagne, à l’exception de quelques affiches, dont les candidats sont issus de quelques partis influents, voire puissants, les autres sont, semble-t-il, toujours sous presse", ajoute le même quotidien.

De son côté, El Moudjahid estime que quel que soit le point de vue porté sur les élections locales, "un constat est irréfutable, c’est l’événement de l’heure que tous commentent en fonction des éléments qui sont à leur portée".

"Si, au premier jour, et cela est normal, la rue n’a pas encore commencé à livrer ses appréciations sur les candidats (ces derniers n’ont pas, dans une proportion assez appréciable, investi le terrain de leurs communes), les discussions des citoyens se sont focalisées sur les chances et les pronostics des partis politiques, surtout ceux qualifiés par la vox populi de poids lourds, de rafler la mise en décrochant le maximum d’Assemblées populaires communales (APC) et de wilaya (APW)", ajoute le journal.

Le quotidien Sawt El-Ahrar met en exergue l'appel des partis politiques à voter massivement lors des élections locales, relevant que le FLN espère rafler la majorité des APC et APW et cela grâce à large base militante.

Les Débats relève, quant à lui, un "début mitigé" de la campagne électorale, estimant que depuis le démarrage de la campagne électorale, les candidats des différentes formations politiques ainsi que les indépendants "tentent de briser l'indifférence des citoyens et capter leur intérêt".

Pour ce quotidien, "certains grands partis, boostés par leur ancrage populaire, sont parvenus plus ou moins, à drainer les foules, à contrario des autres formations politiques de moindre envergure".

L'Expression, sous le titre "Chronique d'une campagne électorale morose", met en exergue le déroulement de la campagne électorale à Alger, notant que "la capitale du pays ne semble pas vivre un tel événement aussi important, elle affiche un visage livide, teinté d'une inertie politique qui en dit long sur le désintéressement politique qui gagne la société".

Campagne électorale: les partis investissent la toile, les placards publicitaires toujours vides
  Publié le : mardi, 31 octobre 2017 08:37     Catégorie : Algérie     Lu : 52 foi (s)   Partagez