Des locaux commerciaux reconvertis en permanences électorales pour se rapprocher davantage de l'électeur

Publié le : mardi, 18 avril 2017 11:58   Lu : 145 fois
Des locaux commerciaux reconvertis en permanences électorales pour se rapprocher davantage de l'électeur
APS PHOTOS © 2017

ALGER - Dans plusieurs quartiers d'Alger, de nombreux locaux commerciaux se sont transformés en permanences pour le compte de certains partis politiques ou de candidats indépendants représentant une aubaine lucrative pour les commerçants et le moyen idoine pour les partis en lice aux élections législatives du 4 mai prochain, de se rapprocher  davantage de l'électeur et tenter de gagner sa voix.

Comme lors des précédentes échéances électorales, plusieurs partis politiques en compétition pour les 462 sièges à pourvoir à l'Assemblée populaire nationale (APN) se sont empressés de louer des locaux commerciaux peu avant le début de la campagne électorale, le 9 avril dernier.

Ainsi, un magasin de fruits a été reconverti en permanence du parti du Front national algérien (FNA) dans la commune de Bachdjerrah en contrepartie d'un pécule de 30 000 DA, a déclaré son propriétaire à l'APS.

Une bibliothèque sera elle, cédée au Front El Mostaqbal dans la commune de Rouiba et un magasin de glaces dans la commune de Bordj el Kiffan pour le compte de l'Alliance Nahdha-Adala-Bina.

Des dizaines d'autres locaux commerciaux dans la quartiers de Bab el Oued, El Madania, Belcourt et Alger centre ont été pris d'assaut par le parti FLN et du Rassemblement national démocratique (RND), a-t-on constaté sur place.

Les propriétaires de locaux commerciaux n'ayant encore entamé leurs activités ont préféré les céder provisoirement aux partis comme dans la commune de Hraoua et de Reghaia à l'est de la capitale où deux nouvelles devantures commerciales se sont transformées en permanences électorales au profit du parti FLN et de l'Alliance du mouvement de la société pour la paix.

Selon le propriétaire d'un local spécialisé dans la maintenance de voitures dans la commune d'Ain Naadja, le magasin a été loué à 60 000 DA pendant toute la durée de la campagne électorale pour le compte d'une liste d'indépendants afin d'amortir, a-t-il argué, un tant soit peu, les dépenses de sa construction.

Un vendeur de chaussures à Bab el Oued qui a cédé son magasin au parti FLN a indiqué que "plusieurs commerçants ont jugé judicieux de rentabiliser leurs locaux pendant la campagne électorale car l'activité commerciale connait une récession".

D'autre part, le président de l'Association nationale des commerçants et artisans, Tahar Boulanouar, a précisé que "le nombre global des locaux commerciaux cédés au profit des partis politiques durant la campagne électorale n'est pas exact mais dépasse les 20 000 soit 10 à 15 locaux par commune".

Le loyer oscille entre les "30 et 60 000 DA allant de la période avant campagne jusqu'aux élections prévues le 4 mai prochain", a-t-il encore dit avant de souligner que "le prix varie en fonction de l'emplacement du local, de la superficie et de l'aménagement (Internet, téléphone électricité...)".

Il a affirmé à ce propos, que "cette opération est tout à fait légale du point de vue juridique et plusieurs locaux ont même été loués avec des actes notariés".

 

Se rapprocher davantage de l'électeur tel est l'objectif des partis politiques à travers cette démarche

 

Si l'objectif des commerçants reste purement lucratif, les partis politiques eux, ont recouru à ce moyen dans le seul but de se rapprocher davantage de l'électeur et de mieux superviser les différentes opérations au titre de la campagne électorale à savoir la distribution des programmes, la présentation des candidats et l'organisation de campagnes de proximité et de conférences à l'intérieur même des locaux.

Par ailleurs, ce phénomène ne touche pas uniquement les nouveaux partis politiques ne disposant pas encore de sièges au niveau des communes mais s'étend aux partis qui ont du poids comme le parti FLN qui possède des Kesmate dans toutes les communes du pays mais a préféré cependant, ouvrir des permanences dans tous les quartiers populaires, a révélé à l'APS le chargé de la communication du parti, Moussa Benhamadi.

Il a fait remarquer à cet effet, que le nombre de permanences de son parti "avoisine les 14 000 soit une moyenne de 7 permanences pour chaque commune et peut atteindre les 10 dans les grandes communes comme les communes d'Alger, d'Oran et de Constantine", rappelant que "ce nombre est appelé à croitre dans les tous prochains jours  restants de la campagne électorale".

L'Alliance Nahdha-Adala,Bina" a loué pour ses permanences, des locaux commerciaux dans des quartiers populaires (1 à 3 dans chaque commune) à un prix variant entre 10 000 et 50000 da , a déclaré Slimane Chenin, candidat de l'union et membre du bureau politique du Mouvement Bina", précisant que dans les communes de Boufarik, Baraki, les Eucalyptus et Boudouaou de nombreux commerçants militants des partis de l'Alliance ont mis leurs locaux à sa disposition le temps de cette campagne électorale.

De son côté, Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) en lice avec 11 listes électorales a ouvert des permanences dans des locaux commerciaux pour animer la campagne électorale en plus du siège central et des sièges locaux du parti, a indiqué le directeur de la campagne électorale du parti à Alger, Saoudi Ouamar.

Ces locaux "appartiennent dans leur majorité à des militants ou des sympathisants du parti. D'autres ont été loués entre 20 000 et 35 000 DA", a-t-il tenu à préciser.

Le parti de la voie authentique qui participe à ces législatives avec 9 listes électorales, a ouvert "22 permanences au niveau de chaque wilaya où il est entré en lice", selon le secrétaire général du parti, Salam Abderrahmane qui a relevé que "le prix de location varie entre 15 000 et 30 000 DA".

Le parti Tadjamou Amel El Jazair (TAJ) a eu recours, pour sa part, à la location de locaux commerciaux pour installer ses permanences (1 à 3 dans chaque commune), a déclaré le candidat et membre du bureau politique du parti, Kamel Mida, précisant que les "propriétaires de ces locaux sont dans leur majorité des militants et des sympathisants du parti".

Idem pour le parti des travailleurs (PT) dont de nombreux militants ont transformé leurs locaux en permanences électorales pour faire connaitre le programme du parti. Le PT a, toutefois, eu recours à la location de locaux dans certaines communes", selon son porte-parole, Delloul Djoudi.

Le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati a indiqué, pour sa part, que son parti avait "loué 6 locaux seulement pour ses permanences électorales" en raison du manque de moyens matériels nécessaires mais aussi parce qu'il a préféré, outre les meetings, les campagnes de proximité en se rapprochant des citoyens dans les marchés, les cafés et les espaces pour jeunes.

Last modified on mardi, 18 avril 2017 14:20
Des locaux commerciaux reconvertis en permanences électorales pour se rapprocher davantage de l'électeur
  Publié le : mardi, 18 avril 2017 11:58     Catégorie : Algérie     Lu : 145 foi (s)   Partagez