L'enseignement supérieur et la recherche scientifique dans les programmes des partis nécessitent des propositions pratiques

Publié le : jeudi, 13 avril 2017 11:43   Lu : 107 fois

ALGER- L'enseignement supérieur et la recherche  scientifique évoqués dans les programmes des partis politiques participant  aux législatives de 2017 nécessite davantage d'élucidation et de solutions  pratiques au profit du secteur, ont affirmé à l'APS des enseignants  universitaires qui estiment que ces programmes nécessitent précision et  clarté.

La majorité des programmes et propositions des candidats versent dans un  seul point commun, celui de faire de l'Université "un partenaire dans le  développement du pays". Ils appellent également au "changement des méthodes  d'enseignement et à la prise en charge du personnel pédagogique", selon les  intervenants.

Le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) estime que la  performance du système éducatif en Algérie, aussi bien au niveau des  technologies que des langues, a "reculé", ce qui nécessite une réforme du  système éducatif et universitaire confortée par une "audace politique" et un "effort national".

Selon le parti, la réforme du système éducatif commence par les cycles  primaire et secondaire puis professionnel et universitaire sur la base  d'une "approche méthodique pour offrir de plus grandes chances de  réussite". Pour cette formation politique, l'accent doit être mis sur la  révision des contenus des programmes et méthodes pédagogiques ainsi que le  recrutement et la formation des professeurs et personnel administratif et  pédagogique.

S'agissant des droits de l'étudiant algérien, le RCD plaide pour la  consécration du système des bourses dans l'enseignement supérieur en  prenant en compte les revenus des ménages et l'augmentation de la prime à  12.000 DA par trimestre dans le but de réaliser "l'égalité des chances en  matière d'enseignement" et "aplanir les écarts sociaux entre les  étudiants". Le parti appelle dans son programme à "l'indépendance de  l'université en lui octroyant le droit à la gestion".

Le Mouvement de la Société pour la Paix (MSP) considère que le nouveau  système éducatif doit faire l'objet de réévaluation à travers  "l'actualisation des méthodes d'enseignement et leur adaptation à la  réalité socio-économique et au développement scientifique et technologique  en faveur du développement global". Le parti plaide également pour la  création d'une instance nationale auprès du gouvernement qui jouit de  l'indépendance financière, chargée de la supervision de l'activité de la recherche scientifique stratégique eu égard aux exigences du développement  et l'exploitation des résultats des recherches.

S'agissant de l'étudiant, le programme du MSP propose la création  d'espaces propices aux innovations estudiantines et la mise en place d'un  conseil national consultatif représentatif des étudiants ainsi que la  révision du système des prestations sociales en tenant compte de la qualité  et des résultats universitaires.

Le Rassemblement national démocratique (RND) considère pour sa part qu'il  est primordial d'améliorer la performance du système universitaire algérien  pour répondre aux besoins de l'économie nationale en matière de cadres et  de mains £uvre. Pour se faire, le parti plaide pour une mobilisation accrue  des ressources scientifiques et techniques dans les programmes des cycles

moyen et secondaire et l'adaptation des programmes des établissements de la  formation professionnelle aux besoins des régions ainsi que le  développement des métiers par les opérateurs économiques, selon leurs  besoins spécifiques.

Le professeur Rachid Larkem, Chef du département Droit à l'université de  Jijel a estimé qu'en évoquant l'Enseignement supérieur et la recherche  scientifique, les partis politiques se sont scindés en deux parties: une  partie qui aspire à préserver les acquis réalisés par le pays depuis  l'indépendance en introduisant des amendements au système universitaire  visant à le mettre au diapason des développements économiques, tels le FLN  et le RND qui ont accordé, a-t-il dit, "une grande importance" à  l'Enseignement supérieur, car constituant l'un des principaux axes dans les  plans de l'Etat de par sa relation étroite avec le développement durable.

L'intervenant a mis en avant l'intérêt accordé par ces partis au système  LMD qui place l'université dans son environnement économique, alors que  d'autres partis se sont limités à critiquer la situation en général, sans  toutefois  apporter des solutions claires".

Le MSP est le "seul" parti à avoir abordé "clairement" le volet de  l'Enseignement supérieur, notamment la révision du système LMD et la formation continue des enseignants, a conclu le  professeur à la faculté des sciences politiques,à l'université "Alger 3", Malika Ayad après s'être enquise des programmes  de certains partis. "La proposition de créer une instance auprès du  gouvernement chargée de la recherche scientifique stratégique est "la  preuve" de la présence de ce parti dans le milieu université", a affirmé  Mme Ayad à l'APS.

L'intervenante a critiqué la méthode de généralisation adoptée par  certains partis, à l'instar du RND qui a évité  de verser dans les détails inhérents à la vie universitaire et à la  recherche scientifique, se contentant de tenir un discours partisan limité  "à une formation en faveur de l'économie nationale" et à l'affectation des  fonds, alors que le RCD a omis plusieurs spécialités, insistant seulement  sur les langues et technologies et ne faisant aucune distinction entre les  secteurs de l'Enseignement supérieur et la formation professionnelle.

Le professeur en droit à la faculté des sciences politiques de  l'université de Blida 2, Souira Abdelkrim a affirmé à l'APS que la majorité  des partis politiques en lice pour les législatives "n'ont pas présenté"  dans leurs programmes "les mécanismes pratiques" appropriés dans le domaine de l'Enseignement supérieur et la recherche scientifique. Cependant, la  majorité de ces programmes sont centrés sur l'importance d'adapter la  recherche scientifique à la vie économique du pays et au développement des  différentes régions.

Last modified on jeudi, 13 avril 2017 12:36
L'enseignement supérieur et la recherche scientifique dans les programmes des partis nécessitent des propositions pratiques
  Publié le : jeudi, 13 avril 2017 11:43     Catégorie : Algérie     Lu : 107 foi (s)   Partagez