Menu principal

Menu principal

Intérêt "inégal" pour la culture dans les programmes électoraux des partis

Publié le : mercredi, 12 avril 2017 11:09   Lu : 233 fois

ALGER - La culture s'est taillée, à des degrés inégaux,  une place dans les programmes électoraux de la majorité des partis  politiques en lice pour les élections législatives du 4 mai, sur fond  d’appréhensions de spécialistes qui relèvent un manque d’intérêt à la chose  culturelle dans les "tablettes" des candidats.

Le Rassemblement national démocratique (RND) proclame, dans son programme  électoral, la culture comme élément essentiel à l’affirmation de l’identité  nationale et la promotion de Tamazight, langue nationale et officielle,  comme ciment additionnel à l’unité du peuple.

La vulgarisation de l’Histoire nationale dans sa profondeur "millénaire"  constitue une autre préoccupation de cette formation politique qui oeuvre  également à la préservation de l’Islam des courants étrangers aux  traditions des Algériens tout en renforçant la place et le rôle des  "Zaouias, facteur de stabilité de notre société".

Le parti s’engage à soutenir la restauration des Ksours sahariens, sites  historiques, culturels et archéologiques et à préserver les parcs culturels  nationaux dans le cadre de sa démarche de développer le tourisme.

Le Front de libération nationale (FLN) a établi, pour sa part, un lien  "étroit" entre la culture et l'éducation et la citoyenneté, laquelle  constitue un "élément essentiel" pour le développement économique, social  et culturel.

Peu porté sur le volet culturel, le programme électoral du FLN a axé sur  le développement des ressources humaines et l'économie nationale, évoquant  la culture de manière globale en soulignant que la consécration des valeurs  de la citoyenneté en adéquation avec les principes de l'Islam et la culture, inspirée de l'histoire millénaire du pays", est l’objectif assigné  à son programme.

Le parti rappelle que les institutions de l'Etat préservent les valeurs et  les constantes nationales, les droits de l'Homme et l'héritage culturel des  Algériens.

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a, lui, axé son  programme électoral relatif au volet culturel sur la langue amazighe en  oeuvrant à sa "protection contre toute tentative de minorisation politique  et juridique".

Pour le RCD, la reconnaissance de Tamazight, langue nationale et  officielle aux côtés de la langue arabe, est une avancée permettant de  lever les ostracismes qui freinent la mise en place d'une dynamique de  développement culturel.

Le RCD s'engage à promulguer une loi organique qui fixe le caractère  officiel de la transcription de Tamazight et les modalités de son  intégration dans les programmes de l'enseignement, les médias,  l'administration et les domaines prioritaires de la vie publique et  institutionnelle.

 Son programme électoral prévoit également l'enseignement de la langue et  culture amazighes aux Algériens résidants à l'étranger au même titre que  l'Arabe pour témoigner la reconnaissance de la diversité linguistique et  culturelle de l'Algérie.

De son côté, le Front des forces socialistes (FFS) qui a donné dimanche le  coup d'envoi de sa campagne électorale à partir de Ghardaïa, entend mettre  en valeur l’importance et l’exemplarité du projet urbain de "Ksar Tafilat",  situé sur les hauteurs de Beni Izguen, considéré comme une "expérience  réussie" et un modèle à suivre en matière de citoyenneté.

Dépourvu d’un programme proprement consacré à la culture, le FFS compte  faire de la célébration du centenaire de la naissance de l'écrivain Mouloud  Mammeri une des grandes stations de la de sa campagne électorale, selon un  communiqué publié sur la page Facebook du parti.

Le Mouvement populaire national (MPA) accorde, pour sa part, un "grand"  intérêt à la culture dans son programme électoral mettant en avant la  promotion, la production et la diffusion de la culture.

Le parti d'Amara Benyounès qui s'engage à protéger notamment les minorités  religieuses et culturelles, ambitionne de mettre en oeuvre une véritable  politique culturelle intégrant l'ensemble des éléments constitutifs du  patrimoine national.

Le programme du MPA, qui tient compte des contraintes endogènes et  exogènes de la société, consacre la diversification de la production  culturelle devant répondre à l’exigence du respect du caractère local et  national de la culture nationale.

L'Alliance nationale républicaine (ANR) n'a pas manqué, de son côté,  d'assigner le volet culturel à son programme électoral mettant en avant la  promotion de l'héritage culturel".

Pour le parti, le nationalisme doit se mesurer aux dimensions politiques  et culturelles ainsi qu'aux fondements de l'identité nationale tout en  s'ouvrant à la mondialisation sous ses aspects culturel, politique et  économique.

La formation, présidée par Belkacem Sahli, a appelé à accorder plus  d'intérêt aux valeurs culturelles, à travers la promotion et la protection  de l'identité nationale.

Des chercheurs, interrogés par l’APS, relèvent un intérêt faible pour le  volet culturel de la part de la majorité des partis politiques. La  chercheuse universitaire, Habiba Aloui, observe que la majorité des partis  candidats aux législatives n’ont pas accordé d’intérêt, dans le programme  électoral, au volet culturel souvent abordé sous l’aspect politique.

Partant de l’idée que la culture ne sert pas la campagne, le politicien  algérien, explique-t-elle, opte pour des slogans politiques et économiques  "plus accrocheurs" en terme d’électorat. 

Le président du Conseil national des arts et des lettres (Cnal),  Abdelkader Bendaâmache, considère, pour sa part, que le volet culturel est  globalement "marginalisé" dans les programmes électoraux des partis  politiques en lice pour les législatives du 4 mai.

Dernière modification le : mercredi, 12 avril 2017 14:11
Intérêt "inégal" pour la culture dans les programmes électoraux des partis
  Publié le : mercredi, 12 avril 2017 11:09     Catégorie : Algérie     Lu : 233 foi (s)   Partagez