Législatives: appels à une forte participation, gage d'unité et de stabilité

Publié le : lundi, 10 avril 2017 10:31   Lu : 302 fois

ALGER- La campagne électorale pour les législatives du 4  mai prochain a été marquée en son premier jour, dimanche, par des meetings  populaires à forte symbolique organisés dans des wilayas au passé  révolutionnaire et par des appels à une forte participation, gage d'unité,  de stabilité et de consolidation des acquis, pour les uns, de changement,  pour les autres.

Le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN,  majoritaire dans l'APN sortante), Djamel Ould Abbes, a appelé depuis  Khenchela les citoyens à voter massivement aux législatives pour "la  sécurité et la stabilité" du pays, notant que la crédibilité d'une élection  se mesure à l'aune du taux de participation.

M.Ould Abbes a affirmé que le choix de Khenchela par son parti comme  première station de cette campagne électorale tient au fait qu'elle est  "une wilaya moudjahida (combattante)" et que "l’Aurès est le bastion de la  glorieuse Révolution" du 1er Novembre 1954.

Après avoir relevé la portée stratégique du prochain scrutin, M. Ould  Abbes a affirmé que son parti oeuvrera à promouvoir les projets intéressant  la population de cette wilaya, notamment le raccordement de Khenchela à  l’autoroute Est-Ouest, la voie ferroviaire et l'appui au développement.

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed  Ouyahia, a considéré, depuis la localité de Boutheldja, dans la wilaya d’El  Tarf, que les prochaines échéances électorales constituent "une opportunité  pour consolider les acquis de l’Algérie", sa stabilité et son unité,  appelant les citoyens à se diriger massivement aux urnes.

Rappelant que le RND a amorcé sa campagne électorale pour la 10ème fois  consécutive à partir de "la wilaya révolutionnaire d’El Tarf", M. Ouyahia  a, à ce propos, ajouté que l’unité nationale, la stabilité du pays et sa  sécurité demeurent "les garanties de tout développement".

Evoquant lui aussi les préoccupations locales, il a insisté sur  l'exploitation des richesses de la région d’El Tarf et la réhabilitation du  travail minier en relançant le gisement minier d’Oum Théboul.

Intervenant dans un second meeting à Guelma, M. Ouyahia, a affirmé que le  "train du développement" en Algérie doit poursuivre sa marche en dépit de  la crise économique et du recul des recettes pétrolières.

Le président du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounès, a  également insisté à Mostaganem sur la nécessité d’une forte participation  aux élections pour conférer une crédibilité et une légitimité à l’APN et au  prochain gouvernement.

"En votant massivement, nous pouvons prouver aux plus sceptiques la  détermination des Algériens, toutes couches confondues, à relever les défis  pour édifier une démocratie pacifique libre et intègre, car elle est la  seule voie pour la pérennité de la paix et la stabilité du pays", a ajouté   M. Benyounes, rappelant que son parti rejette "toute surenchère".

C'est à partir de Ghardaïa que le Front des Forces socialistes (FFS) a  donné le coup d'envoi de sa campagne électorale, en rappelant qu'il a  appelé depuis 1963 à la mise en place d’un "consensus national et d’un  rassemblement de tous les Algériens autour d’un projet sociétal  prometteur".

Le premier secrétaire du FFS, Abdelmalek Bouchafa, a affirmé que sa  formation politique était porteuse d’un projet politique et stratégique  visant à "sauver l’Algérie de l’aventurisme et de la politique unique".

Il a expliqué que son parti a choisi de lancer sa campagne électorale  depuis Ghardaïa, qui constitue une "vision et un exemple concret de la  citoyenneté et de la société civile dans le développement durable".

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a  appelé, au cours d'un meeting à Bordj Bou Arreridj, les candidats de sa  formation a oeuvrer à une mobilisation populaire afin de créer une "force  de changement" capable de "concrétiser la volonté populaire" au sein de la  prochaine Assemblée populaire nationale.

"Les droits s'arrachent et ne se donnent pas. Nous sommes à une étape  charnière et tout le monde doit participer à opérer le changement et faire  entendre la voix de couches laborieuses", a-t-elle lancé.

Le président du parti Tadjamoue Amel Al Djazaïr (TAJ), Amar Ghoul, a, dans  un meeting à Tissemsilt, appelé les jeunes à faire face aux "complots  fomentés contre l’Algérie", mettant en exergue l'importance de leur  contribution à l'édification du pays.

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a entamé la  campagne électorale par une conférence de presse de son président Mohcine  Belabbas qui a déclaré qu'un "nouveau départ" était "possible" à la faveur  des élections législatives du 4 mai.

"Il n'est pas vrai que l'on ne peut pas soulager les problèmes moraux et  matériels que vit une partie de la population pour restituer l'espoir et  partant susciter le désir de tous pour s'impliquer et combattre le  pessimisme et la perte d'espoir ambiants", a clamé M. Belabbas qui s'est  montré critique envers l'action du gouvernement.

Le président du Front El Moustakbal (FM), Abdelaziz Belaid, a appelé, lors  d'une conférence de presse à Alger, à une participation massive aux  prochaines élections législatives pour barrer la route à "toute  manipulation de voix", soulignant que "l'abstentionnisme n'est pas dans  l'intérêt du peuple".

S'exprimant depuis la ville d'El Attaf (Aïn Defla), Moussa Touati,  président du Front national algérien (FNA), a plaidé pour une participation  massive aux législatives afin de "consolider l’unité nationale et mettre en  échec les desseins de ceux qui veulent lui porter atteinte".

Appeler au boycott est un "acte irresponsable" et signifie le "maintien du  statu quo", a-t-il fait valoir.

Le président du parti Ahd 54, Ali Fawzi Rebaïne, a indiqué dans une  conférence de presse que la campagne de son parti sera axée sur les  questions socio-économiques, exprimant son opposition à une "politique  d'austérité" qui affecterait les catégories vulnérables de la société.

L'Alliance constituée par le Mouvement de la société pour la paix et du  Front du Changement (MSP-FC) a appelé, quant à elle, à l'organisation du  marché des devises et à son intégration dans l'économie nationale.

Lors d'une sortie sur le terrain à Alger, le président du MSP, Abderrezak  Makri, a indiqué que l'Alliance prônaient l'organisation du marché des  devises, comme étant une base essentielle pour la relance de l'économie  nationale.

Législatives: appels à une forte participation, gage d'unité et de stabilité
  Publié le : lundi, 10 avril 2017 10:31     Catégorie : Algérie     Lu : 302 foi (s)   Partagez