Connexion

Connectez-vous à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Rester connecté(e)

Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |26/03/2017

USD 61$ in 107.77 in 114.35
EUR 1€ in 116.20 in 123.33
JPY 100¥ in 96.83 in 102.75
GBP in 134.60 in 142.83

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

29/03/2017 04:24

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube  

Vous êtes ici : ACCUEIL»ALGÉRIE»Mise en œuvre de l'Accord de paix au Mali, des progrès "tangibles" enregistrés
dimanche, 15 mai 2016 13:09

Mise en œuvre de l'Accord de paix au Mali, des progrès "tangibles" enregistrés

ALGER - Des progrès "tangibles" ont été enregistrés dans la mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, a relevé dimanche à Alger, le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.

"Depuis les dates phares du 15 mai et du 20 juin 2015 (dates de signature de l'Accord), un long chemin a été parcouru et, grâce au travail sérieux et continu accompli et qui se poursuit sans relâche, malgré les obstacles rencontrés ici et là, des progrès tangibles ont été enregistrés dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d'Alger", a indiqué M. Lamamra dans un entretien à l'APS à l'occasion du premier anniversaire de la signature de l'accord.

L'Accord a été signé à Bamako le 15 mai 2015 par le gouvernement malien et les mouvements composant la Plateforme. La Coordination des Mouvements de l'Azawad (CMA), quant à elle, a signé l'Accord, le 20 juin 2015 à Bamako.

L'Accord est issu du processus d'Alger, initié par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika à la demande de son homologue malien, Ibrahim Boubacar Keita.

La signature de l'Accord par la CMA a finalisé "la consécration de l'engagement de toutes les parties et augurant d'un avenir fait de paix et de réconciliation dans un Mali tourné vers le développement et la modernisation de son économie au profit de son peuple et dans un contexte de renforcement de son unité nationale et d’approfondissement de son processus démocratique pluraliste", a affirmé le chef de la diplomatie algérienne.

A cet égard, M. Lamamra a souligné que la mise en œuvre de cet Accord, "pour favoriser la paix et la sécurité au Mali et dans la sous-région, est de l’entière responsabilité des parties maliennes dont, principalement, le gouvernement".

Concernant le suivi du processus de mise en œuvre de l'Accord, il a rappelé qu'il était assuré par un mécanisme, dont la mise en place est prévue par l'Accord lui-même, à savoir le Comité de Suivi de l’Accord (CSA), dont la présidence est confiée à l'Algérie.

"Quatre sous-comités thématiques, également prévus par l’Accord et dont l’Algérie assure la présidence en partage avec quatre organisations internationales, à savoir, l'Union africaine, l'Union européenne, la CEDEAO et la MINUSMA (au titre de l'ONU), contribuent de façon substantielle au suivi du processus de mise en œuvre de l’Accord", a-t-il ajouté.

M. Lamamra a fait remarquer que lors de la réunion consultative de haut niveau tenue à Alger en janvier dernier, les parties maliennes, tant le gouvernement que les mouvements, "ont clairement reconnu l'apport de la mise en oeuvre de l’Accord au retour de la paix, à travers, notamment, l’instauration d’un meilleur climat de coopération entre la Plateforme et la CMA, d’une part, et entre ces deux regroupements et le gouvernement, d’autre part".

"Aujourd'hui, la CMA et la Plateforme travaillent ensemble et conjuguent leurs efforts en faveur de la mise en œuvre de l’Accord, chose tout à fait inimaginable avant le 15 mai 2015", s'est félicité M. Lamamra, affirmant que les parties "ont foi en l'Accord, revendiquent sa mise en œuvre rapide, et y œuvrent résolument car elles considèrent qu’il n’y a pas d’alternative à cet instrument pour la paix, la sécurité et le développement au Mali".

"Les changements positifs très importants intervenus sont, d’évidence, à mettre à l’actif du processus de mise en œuvre de l’Accord", a-t-il poursuivi, précisant que "grâce à cet Accord, le Mali se transforme et avance dans la bonne direction, même à travers des réalisations incomplètes et des étapes imparfaites".

Le chef de la diplomatie algérienne s'est félicité que le climat politique d’ensemble au Mali n'eut jamais été "aussi favorable", même si, a-t-il relevé, "les défis restent considérables".

Lu: 873 fois Dernière modification le dimanche, 15 mai 2016 14:10
banner-aps