Connexion

Connectez-vous à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Rester connecté(e)

Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |04/09/2016

USD 1$ in 107.76 in 114.34
EUR 1€ in 120.53 in 127.93
JPY 100¥ in 103.95 in 110.35
GBP in 143.02 in 151.81

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

25/09/2016 09:48

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube   RSS  Flux RSS

Vous êtes ici : ACCUEIL»ALGÉRIE»Prés de 96% des demandes de retraite pour 2016 sont des départs anticipés
mercredi, 23 mars 2016 15:11

Prés de 96% des demandes de retraite pour 2016 sont des départs anticipés

ALGER- Le nombre des départs à la retraite anticipée des enseignants a atteint un taux de 96% du nombre total (des départs à la retraite) pour l'année 2016, a indiqué mercredi, la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit.

Dans un entretien à l'APS, la ministre a déclaré que pour l'année en cours, "96% des départs à la retraite des enseignants sont des retraites anticipées, si l'on comptabilise avec les autres catégories de ce corps le taux atteindra 93%".

Selon Mme Benghabrit, les raisons de ce "phénomène" sont à chercher dans l'"amélioration des conditions financières" des enseignants, suite à l'augmentation des salaires intervenue depuis 2010.

Tout en exprimant son "regret devant cette flambée de départs de compétences ayant un niveau d'expérience sur le plan éducatif et pédagogique", la ministre a relevé que "nous ne pouvons pas les empêcher de partir dans la mesure où la loi le permet".

La réglementation en vigueur autorise les enseignants hommes à faire valoir leurs droits à la retraite anticipée après 20 ans de cotisations et 50 ans d'âge, et 15 de cotisations et 45 d'âge pour les femmes, a-t-elle expliqué.

Elle a mis en évidence, à cet effet, les efforts de son secteur à s'atteler à y remédier, déjà que ces postes sont pris en compte "systématiquement" dans le plan de recrutement annuel, soulignant que l'"intérêt de l'élève demeure au centre de ma mission en mettant à sa disposition tous les moyens et les conditions de sa réussite".

Evoquant le problème des enseignants contractuels qui menacent de recourir à une démission collective et le boycott du concours du 30 avril, Mme Benghabrit a appelé à la "responsabilité de chacun".

"Ils doivent assumer leur responsabilité. Je leur conseille cependant, d'y renoncer (...) sachant que la loi ne leur permet pas une intégration directe car la Fonction publique a l'obligation d'équité", a-t-elle souligné.

Relevant que cette catégorie d'enseignants a eu l'occasion au cours des deux dernières années de passer le concours, elle a considéré qu'"un contractuel ne peut pas avoir un double avantage, c'est la loi", assurant qu'"aucune personne n'avait été lésée".

"La Fonction publique a ses règles", a martelé la ministre qui a noté dans ce sens, qu'en 2014, 15 nouvelles spécialités, et en 2015 pas moins de 18 autres ont été introduites dans le concours permettant à ces contractuels de passer les épreuves, affirmant que "ceux qui ont vocation pour l'enseignement sont déjà à l'intérieur".

Lu: 733 fois
banner-aps