Connexion

Connectez-vous à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Rester connecté(e)

Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |04/12/2016

USD 1$ in 108.91 in 115.56
EUR 1€ in 116.21 in 123.32
JPY 100¥ in 95.51 in 101.35
GBP in 137.54 in 145.98

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

05/12/2016 13:28

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube  

Vous êtes ici : ACCUEIL»ALGÉRIE»L'Algérie s'interdit toute interférence dans la décision de considérer Hezbollah comme "organisation terroriste"
jeudi, 03 mars 2016 19:34

L'Algérie s'interdit toute interférence dans la décision de considérer Hezbollah comme "organisation terroriste"

ALGER - L'Algérie refuse de s'exprimer en lieu et place des Libanais dans une affaire qui les concerne, à la suite de la décision du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur de considérer le Hezbollah comme étant une "organisation terroriste", et s'interdit "toute interférence" dans ce dossier, a indiqué jeudi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MAE).

"Dans le prolongement de la réponse du ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, à la question de savoir quelle était la position de l’Algérie au sujet de la décision du Conseil des ministres de l’Intérieur des pays arabes de considérer le Hezbollah libanais comme étant une organisation terroriste", le porte-parole du MAE, Abdelaziz

Benali-Cherif a indiqué, dans une déclaration à l'APS, qu'"il y a lieu de rappeler, d’abord, que le Hezbollah est un mouvement politico-militaire qui fait partie du paysage social et politique du Liban et qui participe aux équilibres fragiles patiemment et laborieusement négociés dans ce pays, notamment en vertu des Accords de Taëf auxquels il a été partie prenante".

"Toute décision concernant ce mouvement doit, donc, émaner des Libanais eux-mêmes. L'Algérie, pour qui la non-immixtion dans les affaires internes des autres pays est l’un des principes directeurs de sa politique étrangère, s’interdit toute interférence dans ce dossier et refuse de s’exprimer en lieu et place des Libanais dans une affaire qui les concerne d’une manière exclusive", a-t-il souligné.

"Ceci dit, il est clair que ce mouvement, membre de la coalition gouvernementale et acteur au niveau du Parlement libanais dans lesquels il compte de nombreux représentants, a lui également le devoir de ne pas s’ingérer dans les affaires des autres et d’éviter toute implication dans la déstabilisation de son environnement", a-t-il précisé.

"L’Algérie continuera, pour sa part, à agir pour éviter les dissensions et renforcer la solidarité entre les pays de la sphère arabo-musulmane", a ajouté le porte-parole du MAE.

Lu: 1018 fois
banner-aps