Connexion

Connectez-vous à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Rester connecté(e)

Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |04/09/2016

USD 1$ in 107.76 in 114.34
EUR 1€ in 120.53 in 127.93
JPY 100¥ in 103.95 in 110.35
GBP in 143.02 in 151.81

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

28/09/2016 13:22

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube   RSS  Flux RSS

Vous êtes ici : ACCUEIL»ALGÉRIE»Journée d’étude à Saïda: tarir les sources de financement du terrorisme pour combattre ce fléau
mardi, 01 mars 2016 18:00

Journée d’étude à Saïda: tarir les sources de financement du terrorisme pour combattre ce fléau

SAIDA- Les participants à une journée d’étude sur le thème "Guerre contre le terrorisme" ont estimé, mardi à Saïda, que la lutte contre les sources de financement constitue un facteur primordial pour enrayer ce fléau.

Les différents intervenants à cette rencontre, organisée par l'université de Saida, ont souligné que l’Algérie a été le premier pays à appeler à la criminalisation du versement de rançons aux groupes armés.

C’est le cas de Chatri Kahina, de l’Université de Tizi Ouzou, qui, dans son intervention intitulée "la vision sécuritaire algérienne de la lutte anti-terroriste dans la région du Sahel", a rappelé que l’Algérie, dans la lutte contre le terrorisme, "a criminalisé le versement des rançons, en tant que source de financement des groupes armés. Le but étant de parvenir au tarissement de ces sources et d’endiguer l’essor de ces groupes dans la région."

Cette universitaire a également mis en exergue la volonté de l'Algérie de contribuer à l’instauration de la paix dans cette région comme le montrent sa participation effective aux différentes rencontres consacrées à la lutte anti-terrorisme dans la région du Sahel et les initiatives qu’elle a entreprise dont la tenue de "la conférence internationale sur le partenariat, la sécurité et le développement" ou encore "le forum mondial de lutte contre le terrorisme".

Pour sa part, Benaissa Ahmed, de l’Université de Saïda, a présenté une communication sur "la criminalisation du terrorisme et de son financement à la lumière des textes juridiques algériens". Il a rappelé, à ce titre, que l’Algérie a promulgué la loi 1/05 relative à la lutte contre le financement du terrorisme et au blanchiment d’argent. Il a également cité la loi 11/95 portant amendement du code pénal concernant la lutte anti-terrorisme.

M. Benaissa a mis en exergue les dispositions de la concorde civile et de la réconciliation nationale, initiées par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika.

De son côté, Rania Heddar, de l’Université de Batna, a recensé trois facteurs expliquant l’émergence du terrorisme. Il s’agit, selon elle, de "l’absence d’une expression démocratique dans le monde arabe, du chômage et d’une interprétation erronée des préceptes de l’Islam".

Enfin, Salah Fellag Chebra, de l’Université de Mostaganem, a estimé qu’"une presse irresponsable peut encourager l’émergence du terrorisme". Il a invité, dans ce sens, les journalistes "à faire preuve de responsabilité dans leurs écrits et à s’autocensurer quand il s’agit de traiter de sujets liés à ce phénomène".

Cette journée d’étude, organisée par la faculté de droit et des sciences politiques de l’Université de Saïda, a vu la participation d’universitaires venus de différentes régions du pays.

Lu: 524 fois
banner-aps