Connexion

Connectez-vous à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Rester connecté(e)

Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |04/12/2016

USD 1$ in 108.91 in 115.56
EUR 1€ in 116.21 in 123.32
JPY 100¥ in 95.51 in 101.35
GBP in 137.54 in 145.98

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

06/12/2016 22:49

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube  

Vous êtes ici : ACCUEIL»ALGÉRIE»Installation de la commission permanente de délivrance de la carte de journaliste en mai
dimanche, 28 février 2016 17:52

Installation de la commission permanente de délivrance de la carte de journaliste en mai

AIN DEFLA - La Commission permanente de délivrance de la carte du journaliste professionnel sera installée en mai prochain, a annoncé dimanche à Aïn Defla le ministre de la Communication, Hamid Grine.

M. Grine, qui animait un point de presse en marge du lancement d'une campagne de sensibilisation sur les accidents de la route, a indiqué que "la Commission permanente remplacera l'actuelle instance provisoire dans le souci d'une plus grande professionnalisation du secteur".

"La professionnalisation de la presse exige certes l'installation du Conseil de l'éthique et la déontologie, mais l'installation de la Commission permanente de délivrance de la carte professionnelle doit passer avant", a-t-il soutenu.

Le ministre a, en outre, affirmé que l'installation de la Commission nationale de régulation de la presse écrite "ne constitue pas une urgence", estimant que la priorité a trait à l'"éthique, la déontologie et au professionnalisme de la presse".

"Il est clair qu'un jour ou l'autre, cette commission de régulation de la presse écrite sera élue et constituée, mais personnellement, je raisonne en termes d'urgences et d'exécution des objectifs que nous ne sommes tracés à la tête desquels vient la professionnalisation de la presse", a-t-il observé.

Evoquant la formation des journalistes, M. Grine a noté que d'avantage d'efforts doivent être déployés dans ce domaine, relevant que "la réticence de certains journaux à consacrer 2 % de leur masse salariale à la formation freine toute volonté d’amélioration de ce volet".

"Par ailleurs, 90 % des journalistes de certains titres de la presse écrite sont sous payés et n’ont pas de couverture sociale", a-t-il déploré, n'hésitant pas à parler de "néo-esclavagisme" de la part de certains éditeurs.

Evoquant une "crise financière" que traverseraient certains journaux, il a invité les responsables de ces publications à "ne pas compter uniquement sur l'argent de l'ANEP, mais à réfléchir à d'autres moyens de financement".

"J'ai évoqué l'importance de la formation et le professionnalisme avec la vingtaine de responsables de publication de certains titres que j’ai reçus ces derniers temps, mais eux préfèrent focaliser leurs propos sur la publicité", a-t-il regretté.

Lu: 556 fois
banner-aps