Le projet d’amendement de la Constitution renforce les droits et les libertés

Publié le : lundi, 26 octobre 2020 17:14

TIARET- Le commandant général des Scouts musulmans algériens (SMA), Abderrahmane Hamzaoui, a souligné, lundi à Tiaret, que le projet d’amendement de la Constitution, soumis au référendum le 1er novembre, "renforce les droits et les libertés comme il réduit le contrôle de l’administration sur les élus".

"Le projet d'amendement de la Constitution est l’un des premiers pas pour asseoir une base juridique solide permettant de corriger les déséquilibres dans de nombreux systèmes", a indiqué M. Hamzaoui à l’ouverture du forum de wilaya de la société civile et de la jeunesse, ajoutant qu’il s’agira "de réduire l'autorité de l'administration sur les assemblées élues et de donner aux élus locaux plus de prérogatives afin de répondre aux exigences de développement et aux aspirations des citoyens".

Pour l’intervenant, le projet d'amendement de la Constitution "renforce les prérogatives du parlement comme instance élue et du gouvernement en vue de créer un équilibre dans la gestion des affaires générales, tout en renforçant les libertés et les droits par la création des associations, l’élargissement du champ de la liberté d’expression et de l’information".

Le commandant général des SMA a ajouté que la nouvelle Constitution "garantira les droits des générations futures, accordera une grande importance à la composante jeunesse et leur ouvrira la voie pour leur permettre de participer à la gestion des affaires publiques et à la pratique politique".

Abderrahmane Hamzaoui a appelé les jeunes "à s'engager dans la vie politique pour construire une Algérie nouvelle et participer en tant que force active à la gestion du pays pour opérer le changement", ajoutant que "l’amendement de la Constitution sera la première étape de ce changement".

Il a appelé à voter en faveur de l'amendement de la Constitution, car, a-t-il dit, "c'est le moyen d'obtenir de nouveaux acquis et (c'est) le moyen d'avancer", a-t-il affirmé.

De son côté, Goussem Hadj Ghouti de la Faculté de Droit et des Sciences politiques de l'Université de Tiaret, a estimé que le choix de la date du 1er novembre pour organiser le référendum "est historique et symbolique et reflète l’attachement de l’Etat à la référence historique et politique du 1er novembre 1954".

L’enseignant en droit de la même université, Ali Aïssa, a relevé que le projet d’amendement de la Constitution "opérera un bond qualitatif pour l’insertion de la jeunesse, en s’appuyant sur ses talents et ses compétences dans la composante des institutions de l’Etat, des organisations et des associations de la société civile".

Le projet d’amendement de la Constitution renforce les droits et les libertés
  Publié le : lundi, 26 octobre 2020 17:14     Catégorie : Algérie     Lu : 0 foi (s)   Partagez