Récupération des restes mortuaires, un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes

Publié le : jeudi, 09 juillet 2020 17:39
Récupération des restes mortuaires, un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes

ALGER- Le président du Conseil de la Nation par intérim, Salah Goudjil a affirmé, jeudi à Alger, que la récupération des restes mortuaires des 24 dirigeants de la Résistance populaire contre l’occupation française se voulait un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes commis en Algérie, durant la période coloniale.

Dans son allocution à la clôture de la session parlementaire 2019/2020, M. Goudjil a dit que "parmi nos revendications, depuis 58 ans, la récupération des crânes des héros des Résistances populaires qui se trouvaient dans les Musées de France", qualifiant cela "de pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes en Algérie".

Concernant la mémoire et les relations entre les deux pays, M. Goudjil a fustigé la réaction "d’un certain parti issu de colons partisans de la thèse de l’Algérie française", affirmant que "la principale entrave aux relations entre les deux pays, c’est justement cette classe qui est nostalgique de l’Algérie et veut y retourner".

M.Goudjil a souligné, dans ce sens, l’importance de la mémoire pour les générations futures, rappelant les étapes phares de la Glorieuse guerre de libération nationale, depuis la Déclaration du 1er novembre, passant par le Congrès de la Soummam 1956 et la Conférence du Caire 1957, en insistant sur l’impératif "d’enseigner l’histoire aux nouvelles générations".

Il a cité, en outre, le dossier de la révision de la Constitution, soulignant que le document qui sera soumis au référendum populaire, après débat et enrichissement "sera la future Constitution qui accompagnera les générations, immuable et dans l’intérêt de l’Etat algérien où chaque citoyen s’y retrouvera".

Par ailleurs, le président du Conseil de la Nation par intérim a évoqué "les étapes difficiles vécues par l’Algérie qui a pu les surmonter, grâce à l’organisation des élections du 12 décembre 2019, et qui se sont soldées par l’élection de M. Abdelmadjid Tebboune, Président de la République".

Dans ce cadre, M. Goudjil a rappelé que "nombreux sont ceux qui ont mis en doute le succès de ces élections, mais grâce à la détermination de l’Armée nationale populaire (ANP), et à sa tête le défunt Général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, le pays est arrivé à bon port".


Lire aussi: L'Algérie attachée au règlement des dossiers liés à la sauvegarde de la mémoire


Pour ce qui est de la situation que vit l’Algérie à l’instar des autres pays du monde, à cause de la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus,  M. Goudjil a insisté sur l’importance de la mémoire algérienne en tant que source "de force et de détermination à même de surmonter les difficultés", rappelant la situation héritée de la France coloniale après l'indépendance aux niveaux social, éducatif et financier, une situation qui a été dépassée, grâce à la mobilisation du Grand peuple algérien qui a juste besoin d'être orienté sur la bonne voie".

Concernant les efforts consentis en matière de lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus, le président du conseil de la Nation par intérim a salué le rôle du corps médical, de la Protection civile, de l’ANP et de tous les corps sécuritaires, ainsi que des bénévoles parmi les enfants du peuple algérien, accompli dans ce domaine, soulignant que "l’Algérie est sur la bonne voie", en dépit de toutes les difficultés.

M. Goudjil a saisi cette occasion pour mettre en avant le refus du Président de la République de recourir à l'endettement extérieur "pour préserver la souveraineté de la décision politique", insistant dans le même sens sur le rôle et la présence de l’Algérie dans les fora internationaux et ses positions vis-à-vis des différentes questions.

Récupération des restes mortuaires, un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes
  Publié le : jeudi, 09 juillet 2020 17:39     Catégorie : Algérie     Lu : 13 foi (s)   Partagez