Trois ateliers urgents pour réduire les disparités en matière de développement local

Publié le : lundi, 17 février 2020 18:59
Trois ateliers urgents pour réduire les disparités en matière de développement local

ALGER - Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a annoncé, lundi à Alger, l'ouverture de trois ateliers pour l'exécution du plan d'urgence visant à réduire les disparités en matière de développement local dans le pays, appelant les cadres centraux et locaux à concourir à la réussite de cette démarche, à travers l'adoption d'un nouveau mode de gestion basé sur l'anticipation, l'esprit d'initiative et une formation de qualité.

Présidant la clôture de la réunion Gouvernement-Walis, lancée dimanche au Palais des nations sous la présidence du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, M. Djerad a affirmé que le plan d'action du gouvernement compte parmi ses principales priorités l'exécution de plans de développement d'urgence destinés "à réduire les disparités inacceptables entre les régions du pays et à garantir une vie décente aux citoyens des zones d'ombre souffrant d'exclusion et de marginalisation".

"Nous ne pouvons rester les bras croisés face à la situation critique que vivent beaucoup de nos citoyens, nous devons assumer nos responsabilités, d'autant que les potentialités que recèle le pays permettent de garantir une vie décente à tous les citoyens".

A cet effet, le gouvernement a procédé, dans le cadre de l'exécution du programme du Président de la République, à l'élaboration d'un programme urgent de développement visant à réduire les écarts et les inégalités en matière de développement entre les régions du pays, en lui consacrant une enveloppe financière de l'ordre de 100 milliards de dinars, en vue de désenclaver les régions montagneuses et éloignées et généraliser le raccordement aux réseaux routier, du gaz, de l'électricité et de l'alimentation en eau potable (AEP).

Il est question également de l'accès aux services de santé et d'enseignement et du transport scolaire, et de l'amélioration des cantines scolaires et de la diversification des capacités économiques des zones enclavées, selon le Premier ministre.


Lire aussi: Pour une approche privilégiant un mode de gestion à objectifs des collectivités locale


Dans cette perspective, M. Djerad a préconisé de concourir à la réussite de ses trois grands ateliers dont le premier est relatif à la décentralisation de l'administration de manière à faciliter la prise de décisions aux responsables locaux et à l'application des programmes de développement en synergie et en complémentarité avec les programmes sectoriels, le second concerne l'accélération de la levée des obstacles et entraves à l'investissement, notamment à travers l'assainissement et la garantie du foncier et son octroi aux véritables bénéficiaires, alors que le troisième atelier porte sur la révision des textes de loi en vue de faciliter les mesures et de réduire les délais de traitement des dossiers d'investissement.

Pour ce qui est du troisième atelier, M. Djerad a mis l'accent sur l'importance de la coordination et de l'échange d'informations entre les administrations, grâce à la digitalisation et aux solutions informatiques, pour éviter aux investisseurs qu'une administration publique leur exige des documents et des informations déjà disponibles chez une autre administration".

Outre le programme de développement d'urgence, M. Djerad a évoqué "le nouveau modèle de développement" à adopter lors de la prochaine étape. Ce programme repose sur "la planification et l'implication de tous les acteurs (élus, administrateurs, société civile et citoyens) et prendra en charge toutes les propositions et questions relatives aux besoins de chaque région".

Les collectivités locales auront "un rôle important" à jouer dans la cristallisation de ce modèle, à travers la présentation de propositions, la définition de priorités et le lancement de programmes et de projets de développement selon les spécificités de chaque région et en réponse aux aspirations des populations, a affirmé le Premier ministre, soulignant que le Gouvernement prendra en considération les recommandations issues de sa rencontre avec les walis pour enrichir son programme.

 

Vers un nouveau modèle de gestion basé sur l'initiative et une formation de qualité

 

Concernant la lutte contre la bureaucratie, M. Djerad a appelé à opérer une véritable rupture avec les aspects de ce fléau, intensifier l'action sur le terrain et concrétiser les programmes relatifs à la préservation du pouvoir d'achat des citoyens, tout en luttant contre la spéculation et le monopole, en contrôlant les prix et en assurant un environnement sain et équilibré.

M. Djerad a déclaré: "nous sommes conscients que l'établissement de passerelles avec les citoyens passe par la franchise, loin de toute utopie et fuite des responsabilités".

A cet effet, le Premier ministre a appelé les walis et les élus locaux à veiller à l'application des instructions du Président de la République et à définir les priorités et les délais avec exactitude pour la concrétisation du plan d'urgence de développement, les exhortant en même temps à assumer leurs responsabilités en matière de gestion des affaires publiques et à s'ériger en force de proposition et de changement.

"Vous devez vous acquitter convenablement de votre mission dans le processus de développement, et assumez pleinement vos responsabilités dans la gestion des affaires publiques", a-t-il soutenu, les appelant à "retrousser les manches et à mettre en valeur les capacités de notre pays, car ils feront dorénavant l'objet d'un suivi et d'une évaluation de leur performance".

Vous devez, à l'avenir, adopter un nouveau mode de gestion basé sur l'anticipation, l'esprit d'initiative, la gestion du rendement et l'évaluation selon les résultats. Vous devez vous affranchir du travail classique routinier pour vous érigez en force de proposition et de changement, à même de répondre aux aspirations du citoyen", a-t-il estimé.

Tous les cadres de l'Etat aux niveaux central et local doivent, poursuit le Premier ministre, "être un modèle à suivre en terme d'intégrité, d'abnégation et de sens des responsabilités, en étant au service du citoyen et du pays". Ils doivent "respecter la loi,  lutter contre tous les dépassements et toutes formes de clientélisme et d'abus de pouvoir", a-t-il insisté, avant d'ajouter que ces programmes, plans et textes " demeurent tributaires du sérieux de chaque responsable administratif, de sa compétence et de son engagement à leur application rigoureuse".

Dans ce cadre, M. Djerad a mis en avant l'importance d'accorder "une importance capitale" à la formation et la qualification de la ressource humaine, en vue de "mener à bien la réforme administrative escomptée, se mettre au diapason de l'opération de numérisation des services publics et concrétiser la gouvernance urbaine qui repose sur la gestion moderne des villes".

Concernant la formation, le Premier ministre a annoncé la révision de la structuration et des objectifs de certaines agences et instances relevant du ministère de l'Intérieur, en vue de "les renforcer avec des objectifs précis et clairs".

Il s'agit de l'Agence nationale à l'aménagement et à l'attractivité des territoires (ANAAT), du Centre national d'études pour la population et le développement (CENEAP), l'Ecole nationale de l'administration (ENA), l'Ecole nationale des ingénieurs de la ville (ENIV), le Centre national de formation, de perfectionnement et de recyclage des personnels des Collectivités locales (CNFPCL), la Délégation nationale à la sécurité routière et de la Délégation nationale aux risques majeurs.

Cette dernière, ajoute M. Djerad, doit bénéficier d'"une vision prospective qui sera à même d'assurer à l'Etat une disposition optimale à faire face aux risques naturels, tels les inondations et les feux de forêts.

Le Premier ministre a fait savoir, dans ce sens, que les programmes de l'Ecole nationale d'administration (ENA) et ses annexes locales seront révisés, dans l'objectif de promouvoir la formation avec de nouveaux cadres et contenus.

"La formation s'inscrit aujourd'hui dans le cadre d'un nouveau mode de management, à même de permettre aux cadres de maîtriser les concepts modernes et d'humaniser ses relations avec le citoyen, outre une meilleure connaissance de sa société, dans le cadre d'une nouvelle gouvernance dans laquelle le cadre croit en son Etat, son institution et à ses actions au service du  peuple", a-t-il soutenu.

Trois ateliers urgents pour réduire les disparités en matière de développement local
  Publié le : lundi, 17 février 2020 18:59     Catégorie : Algérie     Lu : 19 foi (s)   Partagez