Le CICR attaché à sa mission en Libye, salue les efforts de l'Algérie

Publié le : samedi, 15 février 2020 13:04
Le CICR attaché à sa mission en Libye, salue les efforts de l'Algérie

TRIPOLI - Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, a réitéré samedi l'attachement de son organisation à faire face aux conséquences humanitaires de la crise en Libye, saluant les efforts de l'Algérie pour le le règlement du conflit sur le base du dialogue inter-libyen.

"J’ai (...) réitéré notre engagement à jouer le rôle d'intermédiaire neutre entre les forces armées des deux côtés, l’armée libyenne (GNA) et l’armée nationale de Libye (LNA) pour faire face aux conséquences humanitaires de la situation actuelle", a déclaré M. Maurer dans une interview à l'APS, au terme d'une visite achevée vendredi en Libye.

M. Maurer a, à la même occasion, salué les efforts de l'Algérie pour une solution pacifique de la crise libyenne ainsi que son action sur le plan humanitaire envers les populations libyennes.

"Tout effort visant à alléger les souffrances engendrées par cette crise doit être salué. Ainsi l’action de la diplomatie algérienne et les efforts qu’elle entreprend pour un règlement du conflit basé sur le dialogue inclusif est une initiative importante", a affirmé le président du CICR.

Mettant en exergue l'importance de la réinstauration de la sécurité en Libye, M. Maurer a notamment indiqué qu'"aujourd’hui je suis profondément préoccupé pour la sécurité et le bien-être des civils et de ceux qui ne participent plus aux combats en cours. Ma visite avait pour objectif de renforcer le dialogue avec toutes les parties en présence et d’appeler au respect des principes fondamentaux du droit international humanitaire. Cela veut dire veiller à ce que les civils soient épargnés des effets des hostilités en cours et qu'ils ne soient pas pris pour cible".


Lire aussi: Djerad : l'Algérie disponible à rapprocher les positions des parties belligérantes libyennes


"La confiance que les deux parties (GNA et LNA) ont manifestée jusqu'à présent envers le CICR est rassurante et nous voulons qu'elle perdure", s'est félicité le responsable du CICIR.

Soulignant que la guerre en Libye "attaque les civils sur tous les fronts", M. Maurer a ajouté que sous les coups de cette situations les quartiers sont bombardés, leurs hôpitaux et les écoles sont détruits, alors que l'économie s'effondre autour des populations au moment où, a-t-il dit, "la vie quotidienne est marquée par la peur et l’incertitude".

"Un libyen sur quatre est touché par la violence. Des centaines de milliers de personnes ont été forcées de fuir leur maison. Les familles ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Les services publics et les infrastructures se détériorent s’ils ne sont pas détruits. Le système de santé libyen est en proie à un déclin constant et de trop nombreux hôpitaux et cliniques ont été endommagés lors des combats. Le cessez-le-feu récemment conclu ne parvient pas à s'imposer, bien que les pourparlers continuent afin de le rendre efficace", a résumé le président du CICR.

"Il ne faut pas, a-t-il ajouté, oublier aussi que la Libye est l'une des principales portes d'entrée des migrants vers l'Europe. Venus principalement d'Afrique mais aussi d'Asie et du Moyen-Orient, migrants et réfugiés enregistrés représenteraient environ 10 % de la population libyenne mais leur nombre réel pourrait être plus élevé car certains d'entre eux sont retenus en captivité par des passeurs ou dans des centres de détention non officiels".

 

Epargner les civils, espoir d'une paix durable

 

Revenant sur les entretiens qu'il a eus en Libye, M. Maurer a indiqué que "nos discussions avec les autorités libyennes visent à épargner les civils des hostilités en cours, ces civils qui continuent de faire les frais de ce conflit prolongé", Concrètement, a-t-il éclairé, "nous avons discuté de la garantie de la protection des civils en respectant les principes fondamentaux du droit international humanitaire lors des opérations militaires".

En plus de la protection des infrastructures de base telle que les hôpitaux, les écoles, les installations d'eaux et d'électricité, les discussions ont porté également sur l'"amélioration de l'accès aux personnes déplacées et aux personnes bloquées en ligne de front".

"Parmi les points que nous avons aussi abordés, les meilleurs moyens pour répondre d’une manière urgente et durable aux besoins humanitaires. Une grande partie de nos discussions ont été focalisées sur le renforcement des capacités institutionnelles, la réhabilitation et la réparation des infrastructures.", a-t-il ajouté.


Lire aussi: Crise en Libye: "les besoins humanitaires sont en constante augmentation"


Précisant qu'en Libye, le CICR opère actuellement à partir de Tripoli, Misrata, Benghazi et Sabha et compte plus de 360 employés, dont plus de 60 employés internationaux, basés principalement en Libye et certains à Tunis, M. Maurer à rappeler ici que "tous les belligérants doivent respecter le caractère humanitaire de nos activités."

Marqué par "la confiance" témoignée des deux parties de la crise au CICR, M. Maurer a déclaré que les personnes avec qui il a parlé "suivent avec attention les pourparlers de paix qui se tiennent actuellement, espérant timidement qu'ils leur apporteront un répit durable".

"Comme dans tous les pays où il travaille, le CICR coordonne son action avec les acteurs en présence comme les organisations internationales ou les ONGs. Le travail se fait bien entendu de manière encore plus rapprochée avec la société nationale du pays en Libye le Croissant-Rouge libyen, et avec les autres membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge", a conclu M. Maurer.

Le CICR attaché à sa mission en Libye, salue les efforts de l'Algérie
  Publié le : samedi, 15 février 2020 13:04     Catégorie : Algérie     Lu : 27 foi (s)   Partagez