Djerad: Faire sortir le pays d'une situation "critique" vers une "nouvelle" ère, principal défi pour le Gouvernement

Publié le : mardi, 11 février 2020 17:11   Lu : 6 fois
Djerad: Faire sortir le pays d'une situation "critique" vers une "nouvelle" ère, principal défi pour le Gouvernement

 ALGER- Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a affirmé, mardi, que l'un des principaux défis qui se posait pour le Gouvernement, était de faire sortir l'Algérie d'une situation politique et économique "critique" vers une nouvelle ère où le peuple "retrouve confiance" en ses institutions.

L'un des principaux défis pour le Gouvernement est de "contribuer avec toutes les forces politiques et sociales ainsi qu'avec les  élites nationales tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays, à faire sortir notre pays d'une situation politique et économique critique vers une nouvelle ère où sera restaurée la confiance en les institutions de l'Etat, à travers de profondes réformes politiques et socio-économiques qui permettront à l'Algérie de surmonter sa crise", a souligné M. Djerad qui a présenté le plan d'action du Gouvernement devant les membres de l'Assemblée populaire nationale (APN).

 Selon le Premier ministre, cet objectif sera atteint à la faveur de la mise en œuvre des mesures contenues dans le programme présidentiel, notamment en ce qui concerne la crédibilité de la vie politique ainsi que sa moralisation, l'efficience de l'activité économique et la correction des disparités sociales".


Lire aussi : Djerad: le gouvernement œuvre à contribuer à l'édification d'une nouvelle Algérie à travers un pacte nouveau


Il a rappelé, à ce propos, que "le Gouvernement œuvrera sans relâche à l'instauration d'un nouvelle culture politique en matière de gestion des affaires publiques, une politique rejetant toute sorte d'exclusion et basée sur le respect et la fidélité aux engagements et aux promesses pris, outre l'adoption du dialogue et d'approches participatives". Et d'ajouter: "nous vouerons respect au peuple algérien qui a exprimé, en toute souveraineté et transparence, ses choix lors des élections précédentes".

Affirmant que le Gouvernement prônera le dialogue avec ceux qui ne partagent pas ses opinions et ses orientations, M. Djerad a dit que "notre histoire nous a appris que l'Algérie se construit avec les bras de ses enfants, quelles que soient leurs appartenances ou obédiences".

Cette démarche, a-t-il ajouté, permettra, si Dieu le veut, de hisser notre pays au rang de la modernité en tant que pays émergent. Ainsi, les nombreuses actions structurées marqueront la naissance de la nouvelle République, une République d'égalité devant la loi, une République de la parole crédible, une République où le travail bien fait ne serait pas un simple slogan, une République où le citoyen est souverain".

En dépit de la situation difficile et complexe, a-t-il soutenu, "nous ne cèderons pas au désespoir", car "à l'instar de nos aïeux parmi la génération de Novembre qui ont pu réaliser, ce que beaucoup pensaient irréalisable, à savoir: l'affranchissement et l'indépendance, je ne doute point que la génération d'aujourd'hui est capable de remettre l'Algérie sur la voie du progrès et de la prospérité".      

Sur les six axes contenus dans le plan d'action du Gouvernement, M. Djerad a mis l'accent sur "l'édification d'une Algérie nouvelle" à travers "une démocratie effective qui passe par la révision du dispositif légal encadrant le régime électoral, qui dictera à l'avenir des règles et des conditions strictes en vue de mettre fin à l'incidence négative de l'argent sale sur la vie politique, outre la mise en place de nouvelles règles garantissant la transparence du financement et le contrôle des campagnes électorales et des partis politiques favorisant l’émergence d’une nouvelle génération d’élus".

Il a également évoqué "la consolidation des libertés démocratiques à travers "le renforcement des libertés de réunion et de manifestation et la promotion d'une société civile libre de toutes restrictions administratives", pour qu'elle soit, a-t-il dit, un véritable contre-pouvoir aux côtés de la presse et des médias dont la liberté, l'indépendance et le professionnalisme seront confortés".

Le plan d'action du Gouvernement, premier du genre depuis l'élection présidentielle, vise "la consolidation de l'unité nationale à travers la consécration, la promotion et la protection des composantes de l’identité nationale, à savoir l’islam, l’arabité et l’amazighité ainsi que le renforcement du lien de notre peuple avec son histoire et sa culture ancestrale, outre l’ouverture sur les cultures, les civilisations humaines et les langues vivantes", a-t-il poursuivi.

Le Gouvernement s'attèlera dans le cadre de ce programme à "la consécration de l’Etat de droit", pilier d’une Algérie nouvelle, a-t-il dit, à travers "la promotion de la femme et son autonomie économique, loin de tout système démagogique de quotas". Il s'agit également de "la mise en place d’un plan national de promotion de la jeunesse, l’objectif étant d’en faire désormais un partenaire à part entière dans le processus d’édification de la nouvelle République", a détaillé le Premier ministre.


Lire aussi: Djerad: un PLFC 2020 pour annuler "des dispositions fiscales injustes"


"La consécration d'une justice indépendante et moderne est au cœur des priorités du Gouvernement lequel procédera à une révision profonde de l’arsenal législatif visant notamment à renforcer le droit de la défense, à assurer le respect du principe de proportionnalité des peines, à limiter le recours injustifié à la détention provisoire, à prévenir les erreurs judiciaires et la moralisation de l'action judiciaire", a-t-il ajouté.

"Le renforcement de la sécurité des personnes et des biens est placé au centre de l'action du Gouvernement, qui s'attachera à renforcer la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes et à lutter inlassablement contre l’insécurité routière, les comportements immoraux dans les espaces publics et les différents types d'agressions verbales et physiques", a-t-il encore affirmé.

"Un nouveau mode moderne de gouvernance sera adopté, empreint de rigueur et de transparence basé sur la moralisation de la vie politique, à travers une lutte acharnée contre la corruption, le népotisme et le clientélisme, ce qui implique, a-t-il dit, la révision du dispositif juridique en vue de renforcer les mécanismes de recouvrement des deniers publics détournés, la mise en place d'un dispositif législatif pour la protection des lanceurs d'alerte et d'un autre dispositif complémentaire concernant les conflits d'intérêt dans les secteurs public et privé, outre le durcissement des peines pécuniaires prononcées à l'encontre des personnes morales dans les infractions de corruption et de blanchiment d'argent.

Il s'agit également de la reconsidération du "privilège de juridiction", conféré à nombre de hauts responsables de l'Etat, pour consacrer le principe de l'égalité devant la justice, outre la consécration de la transparence de la performance publique à travers la mise en place de nouveaux mécanismes de prévention et de contrôle, pour garantir l’intégrité des responsables publics et une gestion saine des deniers de l’Etat", a conclu M. Djerad.

Djerad: Faire sortir le pays d'une situation "critique" vers une "nouvelle" ère, principal défi pour le Gouvernement
  Publié le : mardi, 11 février 2020 17:11     Catégorie : Algérie     Lu : 6 foi (s)   Partagez