De profondes mesures pour le développement humain

Publié le : lundi, 10 février 2020 12:54   Lu : 2 fois

ALGER - Le gouvernement s'engage, à travers son projet de plan d'action, qui sera présenté mardi devant l'Assemblée populaire nationale (APN), à prendre de profondes mesures pour le développement humain, notamment, en ce qui concerne les secteurs de l'éducation, l'université et la formation professionnelle afin de les hisser aux niveaux et exigences requis.

Dans le secteur de l'Education, l'action du gouvernement "sera orientée essentiellement vers la rénovation de l'institution scolaire qui compte un parc infrastructurel de plus de 27.634 établissements accueillant 9.597.267 élèves, encadrés par 479.081 enseignants et 250.533 administratifs".

Il s'agit de "renforcer les actions en matière de démocratisation et d'approfondissement de l'enseignement en vue d'assurer, non seulement l'égal accès de tous à l'éducation, mais également la réussite du plus grand nombre, dans un système éducatif fondé sur l'équité, la qualité et les valeurs éducatives de moralité et d'universalité, faisant de l'école le meilleur moyen d'ascension sociale".

Ces actions s'articulent autour de plusieurs axes relatifs principalement à "l'obligation de scolarité, la refonte pédagogique, l'amélioration de la gouvernance du système éducatif, la professionnalisation des personnels par la formation, le soutien à la scolarité, et le dialogue social".

Pour l'Enseignement supérieur, le plan d'action du gouvernement relève que, les universités, les grandes écoles et les centres de recherche "seront fortement soutenus" pour assurer leur adaptation afin de devenir un cadre d'enseignement, d'épanouissement et d'innovation.

A cet effet, les transformations nécessaires seront engagées pour assurer "un enseignement de qualité, la formation d'élites et de pôles de recherche de référence, à même de répondre aux attentes des entreprises, en leur offrant la ressource humaine".

Le gouvernement s'attèlera, notamment, à "favoriser le développement des pôles d'excellence, en partenariat avec l'entreprise, dans des spécialités en adéquation avec le développement universel des technologies et des métiers et avec les besoins de l'économie nationale".

Il s'agit, également, de "réviser" la carte de formation des domaines et filières pour permettre l'"adéquation" de cursus avec les besoins socio-économiques et les exigences en matière d'encadrement et d'infrastructures, "valoriser" les fonctions et "renforcer" les prérogatives de la pédagogie et de la recherche au niveau de l'organisation des établissements d'enseignement supérieur et en améliorant leur statut, notamment à travers la "mise en place de Comités Pédagogiques Nationaux, par filières".

Les objectifs du gouvernement consistent, aussi, à "accroitre le taux d'utilisation des bourses universitaires à l'étranger, multiplier les échanges universitaires et les jumelages entre universités, diversifier les partenaires et encourager le tourisme scientifique, notamment dans le palier du doctorat".

Le gouvernement s'attelle, dans le même cadre, à "orienter l'université vers les métiers du futur, l'enseignement de l'intelligence artificielle, l'internet des objets, la médecine 2.0, les grandes mutations économiques et géopolitiques, la robotique, le développement humain durable et la transition énergétique nécessaire pour sortir de tous hydrocarbures".

Dans son plan d'action, l'exécutif prévoit aussi de "privilégier graduellement la formation technologique en intégrant le cursus de formation d'ingénieurs au niveau du parcours LMD pour certaines spécialités des sciences techniques et technologiques, réhabiliter et valoriser la mission de formation continue, (et de) mettre en place le Conseil National de la Recherche Scientifique et des Technologies et en faire un vecteur de développement socio-économique".

S'agissant de la Formation professionnelle, les actions du gouvernement seront focalisées, sur "l'amélioration de la qualité de la formation et le renforcement de la formation et de l'enseignement technique, scientifique et technologique".

Elles porteront, en particulier, sur "la promotion des filières de formation technique, scientifique et technologique, la réorganisation du cursus d'enseignement professionnel et du système d'orientation, du certificat de formation professionnelle spécialisée (CFPS) au diplôme de brevet de technicien supérieur (BTS)".

"L'introduction des langues fonctionnelles, notamment l'anglais", au niveau des établissements de formation et d'enseignement professionnels est également inscrite dans le plan d'action.

Il en sera de même pour "la mise en place d'un programme de coopération et d'échanges, de projets de jumelage entre les établissements et avec les établissements de pays leaders dans le domaine de la formation et de l'enseignement professionnels".

 

De profondes mesures pour le développement humain
  Publié le : lundi, 10 février 2020 12:54     Catégorie : Algérie     Lu : 2 foi (s)   Partagez